La Gazette de la grande ile

Edito : Corrompu et manipulateur

Publié le 11 octobre 2021

Le professeur Auberlin Rakototiana a été mis en garde à vue le vendredi 08 octobre dernier. Il est soupçonné d’être complice d’une tentative d’évasion d’Eddy Bois de Rose, l’un des plus grands criminels de Madagascar, normalement incarcéré à la maison de force de Tsiafahy. Ce dernier a obtenu un traitement de faveur et a été transféré à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) Anosy depuis neuf mois. C’est le professeur Auberlin qui l’a pris en charge. Depuis, on lui a attribué des maladies et des opérations qui n’ont jamais été prouvées. Avant cette tentative d’évasion déjouée par les forces de l’ordre la semaine dernière, Eddy Bois de Rose a déjà été tracé par GPS à Andoharanofotsy, alors qu’il devait normalement être alité à la HJRA à Anosy. En parrainant Eddy Bois de Rose et Mbola Rajaonah, cet Auberlin aurait reçu plus d’un milliard d’ariary. Dernièrement, une somme d’un milliard deux cent millions d’ariary a été débloquée des comptes d’Eddy Bois de Rose. L’on ne sait où est passé tout cet argent, mais le Pôle Anticorruption (PAC) est actuellement en train d’enquêter sur ce professeur.

Face à l’arrestation d’Auberlin vendredi, quelques employés de l’hôpital, notamment des stagiaires de l’école de médecine en interne, ont manifesté dans la cour de la HJRA. Ils ont refusé de prendre en main les patients et demandé le relâchement de ce professeur. Un acte odieux, allant directement à l’encontre le de l’éthique et de la déontologie, car ces derniers  laissent ainsi à l’abandon des malades qui laissent leur vie entre leurs mains. Le professeur Auberlin a été arrêté avec le Directeur Adjoint Technique de l’Hôpital HJRA, le Dr Jean Marie. Ces derniers sont soupçonnés de complicité avec les gardes pénitenciers pour l’évasion d’Eddy Bois de Rose. Ils figurent parmi ceux qui ont reçu directement de l’argent, mais ont également payé à leur tour d’autres employés de l’hôpital qui les ont soutenus pour mener les manifestations de vendredi. Le reste est constitué des internes manipulés par leur supérieur et surtout obligés de les soutenir, car ce sont ces professeurs et ces médecins qui sont garants de leurs notes et de leur réussite universitaire.

Cette affaire de tentative d’évasion implique des personnalités importantes touchant de près la vie de l’hôpital et surtout mettant en danger la vie des patients. Les médecins entravent le serment d’Hippocrate et les étudiants mettent en danger leur avenir en soutenant désespérément des enseignants corrompus.

La Gazette

Lire aussi