La Gazette de la grande ile

Transport aérien – Partenariat avec Air Austral : L’Etat rompt le contrat

Publié le 08 octobre 2021

Le business plan arrêté avec le gouvernement prévoyait une 1ère phase de trois ans de redressement d’Air Madagascar, suivi de la phase de redéploiement. Il s’agissait surtout pendant la phase de redressement de former le personnel afin de retrouver rapidement les fondamentaux d’une compagnie aérienne, notamment le niveau de service aux passagers dont les taux de régularité et de ponctualité. Cette phase était formalisée dans un plan dénommé “ALEFA 2018 2020”.

La création de Tsaradia, prévue dans ce business plan s’est très bien déroulée et dès sa 2ème année, Tsaradia a généré un résultat positif de plus de 2 milliards Ariary. Beaucoup de contrats ont été renégociés avec les fournisseurs et ont abouti à des baisses appréciables comme les primes d’assurance par exemple. L’accompagnement par Air Austral a rassuré les agences de voyage et les tours opérateurs européens qui ont accepté rapidement d’intégrer de nouveau Air Madagascar dans leurs programmes.

Le remplacement des quadriréacteurs A340 trop énergivores et coûteux en maintenance par des A330 dans un 1er temps était prévu. Les termes des contrats d’acquisition des A340 ont été analysés et ils ont semblé léonins au détriment d’Air Madagascar. Des négociations infructueuses ont alors été menées avec Air France, ce qui a amené Air Madagascar à porter le litige auprès du tribunal de commerce de Paris, tel que prévu par les contrats.

Pour le moyen-courrier, une négociation conjointe a été menée auprès d’Airbus pour l’acquisition de 6 A220, dont trois pour Air Madagascar. Airbus a également accepté d’aider et d’équiper la direction technique d’Air Madagascar afin de lui permettre d’assurer la maintenance des A220. Si Air Austral a bien reçu actuellement leurs trois A220, la rupture du partenariat n’a pas permis à Air Madagascar de mener à bout cette opération.

L’Etat s’était engagé à ne pas accorder de nouveaux droits de trafic pendant les trois années de la phase de redressement. Malheureusement, il a accordé à Ethiopian Airlines de nouveaux droits à Ivato et à Nosy Be, sans consultation préalable d’Air Madagascar ni de versement de compensation comme le prévoyait le contrat de partenariat. En outre, l’Etat s’était engagé à régler rapidement les arriérés de la gestion antérieure. Ce ne fut fait qu’une année après, et cela ne couvrait pas la totalité des arriérés compliquant les relations avec les fournisseurs.

Ces faits ont refroidi les deux banques françaises et l’AFD et ont retardé le déblocage de leur financement.

C’est alors que l’Etat a clairement exprimé leur souhait de voir Air Austral sortir du capital d’Air Madagascar. Après quelques mois de négociations, cette sortie fut formalisée en juillet 2020 grâce à un échange de la participation de la Cnaps dans le capital d’Air Austral avec la participation d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar.

Le DGA commercial et le DGA exploitation d’Air Madagascar, tous deux expatriés, quittèrent Air Madagascar et furent embauchés par Air Austral.

Tels sont les témoignages que nous avons pu recueillir, dont celui de l’ex DG de Tsaradia .Ce dernier nous a précisé au téléphone “Je ne peux avaliser les dires des syndicalistes affirmant que le choix du gouvernement du partenaire stratégique Air Austral a été une erreur. Personne ne peut contester le professionnalisme d’Air Austral et les faits l’ont démontré. Le business plan était scrupuleusement suivi pour la partie qui dépendait d’eux. Air Austral l’a encore démontré durant cette saison estivale où elle aurait pu à cause de plusieurs millions de dollars d’arriérés suspendre ou clouer au sol les deux ATR loués auprès d’eux comme l’a fait l’autre loueur. Air Austral a bien compris les difficultés que traversait notre compagnie, et nous a laissé continuer l’exploitation de ces 2 avions. Ce qui nous a permis d’assurer des vols domestiques. Il faut reconnaître que les dirigeants étaient toujours à l’écoute de nos demandes. A chacun de tirer les conclusions qu’il veut”.

Après cet “intermède Air Austral”, une assemblée générale d’Air Madagascar se serait tenue mardi dernier et la vice-présidente du conseil d’administration Mme Rinah Rakotomanga aurait annoncé le licenciement de nombreuses personnes. Selon certaines confidences entendues lors de cette assemblée, le cabinet Bearing Point aurait déjà remis leur rapport définitif, il y a plusieurs mois. Leur proposition aurait été de se redéployer progressivement à partir de Tsaradia, outil essentiel pour le secteur tourisme ainsi que pour la continuité territoriale. De surcroît, Tsaradia serait profitable.  Ceci n’aurait pas plu et on aurait rangé ce business plan dès lors devenu inutile dans les tiroirs malgré le coût d’intervention du cabinet.

La Gazette

Lire aussi