La Gazette de la grande ile

Raoul Rabekoto : Le pestiféré !

Publié le 12 octobre 2021

Raoul Rabekoto s’enfonce chaque jour davantage dans la disgrâce et la mélasse. Sur décision rendue le 27 septembre dernier par la Cour Criminelle Ordinaire du Pôle Anti-Corruption d’Antananarivo (CCO du PAC), Raoul Rabekoto a été déclaré coupable, notamment d’abus de fonction, de faux et usage de faux et de détournement de deniers publics. Il a été condamné à une peine de dix ans de travaux forcés et à une amende de 500 millions Ariary. Il ne pourra pas exercer une fonction publique pendant dix ans ni exercer ses droits civiques pendant dix ans après l’expiration de sa peine de travaux forcés. En outre, il a été condamné à payer conjointement et solidairement avec les autres accusés la somme de 6 milliards Ariary.Les faits reprochés à Raoul Rabekoto remontent à l’époque où il était Directeur Général de la CNAPS.Par la suite, grâce à l’argent pillé à la CNAPS, Raoul Rabekoto a été élu Président de la Fédération Malagasy de Football (FMF). Rattrapé par la justice à cause de ses graves infractions commises à la CNAPS, Raoul Rabekoto s’est enfui comme un voleur en Europe, via les Comores. En raison de son statut de fugitif, de l’avis de recherches du Bianco, du mandat d’arrêt international de la Cour de Cassation et de la notice rouge d’Interpol, il ne pouvait plus assumer correctement à distance sa fonction de Président de la FMF. C’est à bon droit qu’il a été évincé de ce poste par l’Assemblée Générale Extraordinaire des présidents des ligues de football Malagasy la semaine dernière. Il convient de féliciter ces présidents de ligues qui ont eu le courage de prendre leur responsabilité. Ils ont pris une sage décision puisqu’il existe des preuves tangibles démontrant que Raoul Rabekoton’a eu aucun scrupule à s’enrichir au détriment de la FMF de la même manière qu’il l’a fait au préjudice de la CNAPS. Bien que pestiféré, Raoul Rabekoto n’est pas encore totalement sur le banc de touche puisqu’il continue à bénéficier du soutien inconditionnel de ses acolytes, tous aussi mafieux que lui, de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). De mauvaise foi, il va arguer que la décision de l’Assemblée Générale Extraordinaire des présidents des ligues de football Malagasy est politique, tout comme le verdict de la CCO du PAC, contre lequel il a exercé une voie de recours. Son but est de contraindre la FIFA de sanctionner l’Etat Malagasy pour ingérence politique. Il n’y a rien de plus faux. D’une part, les présidents de ligues ont agi avec professionnalisme, en leur âme et conscience, pour préserver la FMF. D’autre part, le verdict juste et équitable du 27 septembre dernier a été rendu en toute indépendance et impartialité par la CCO du PAC. La FIFA ne pourra pas continuer indéfiniment à défendre l’indéfendable ni à bafouer la souveraineté de la justice malgache.

PN

Lire aussi