La Gazette de la grande ile

les images dans les mots :  qui profitent les aides extérieures ?

Publié le 13 octobre 2021

Depuis des années, Madagascar reçoit des financements de la part des bailleurs à l’étranger, que ce soit à titre d’emprunts ou de dons. Ces financements vont dans beaucoup de domaines, généralement l’agriculture, l’éducation et la santé publique. Mais depuis l’indépendance de la Nation en 1960, ces secteurs n’ont vu aucune vraie amélioration. La question se pose si ces financements nous ont vraiment permis d’avancer. En effet, il y a des projets qui n’ont pas encore commencé alors que le financement est déjà prêt. Cela nous rappelle les mots de Marc Ravalomanana : « On a l’argent, mais on ne sait pas à quoi va-t-on l’utiliser ». En vérité, si les bailleurs donnent ces aides, c’est vraiment pour nous apprendre à les dépenser, c’est-à-dire que les ministères qui les recevront seront accompagnés par ces bailleurs dans l’utilisation de cet argent. Généralement, nous n’arrivons pas toujours à dépenser correctement ces financements et les responsables en charge des projets y afférents cherchent différentes manières incorrectes de les dépenser. C’est le cas des missions qui ne mènent à rien, dans des endroits de vacances tels que des hôtels de luxe avec des petits-déjeuners de rois. C’est ainsi que tous les financements reçus ne nous ont menés à rien et cela ne nous ont pas permis d’avancer. Les grands secteurs comme le développement rural sont généralement bénéficiaires de ces financements, mais jusqu’à maintenant, on ne voit pas vraiment de vrai changement dans les milieux ruraux. Concernant l’éducation, on ne peut pas juste dire que cela n’avance pas, car elle régresse carrément. Le niveau des élèves s’est dégradé ces dernières années. Selon les études menées par l’Unicef, les élèves de 1998 sont bien plus intelligents. On se demande alors quelles sont les conséquences des financements extérieurs ? Parfois, les bailleurs ont une habitude de dicter ce que nous devons faire, notamment pour les secteurs qui les concernent. Ils pensent qu’ils ont l’argent, donc on doit faire les choses à leur manière afin qu’ils en tirent des avantages. Nous avons besoin de ces aides, car nous sommes dans une situation difficile. Nous avons besoin des bailleurs pour nous soutenir dans nos projets, mais nous ne devons jamais laisser ces étrangers guider notre pays vers ce qu’ils veulent. Nous devons avancer dans l’objectif que nous avons décrit… Mais connaissons-nous vraiment cet objectif ?

Riri

Lire aussi