La Gazette de la grande ile

Affaire d’évasion à la CHU-JRA : Eddy condamné et le Pr Auberlin relaxé

Publié le 13 octobre 2021

Après deux jours d’attente, le Tribunal d’Antananarivo a fini par rendre son verdict hier après-midi concernant l’affaire d’évasion du détenu Eddy Maminirina, alias Eddy bois de rose. Le Professeur Auberlin Rakototiana et le docteur Rakotosamimanana Jean Marie, Directeur Adjoint technique (DAT) au CHU-JRA (Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona), les deux personnels soignants ayant été suspectés comme étant complices de cette évasion, ont été relaxés au bénéfice du doute par le tribunal. Par contre, Eddy Maminirina qui a été reconnu coupable, a été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour tentative d’évasion. Trois autres agents pénitentiers égalements suspectés dans l’affaire ont été condamnés à un an d’emprisonnement ferme pour avoir contribué à la sortie clandestine d’Eddy  bois de rose de cet hôpital où il devait se trouver. Un autre agent pénitentier a été relaxé au bénéfice du doute si une autre femme qui s’est rendue complice de l’évasion d’Eddy a écopé d’un an d’emprisonnement ferme.

A rappeler que qu’il a été déféré au niveau du parquet d’Antananarivo depuis le 11 septembre dernier et la décision du tribunal a finalement été rendue hier. Après le déferrement qui a eu lieu hier en début d’après-midi, le dossier est tout de suite passé devant le juge des flagrants délits du tribunal d’Antananarivo. La salle d’audience numéro un de cette juridiction a été bondée de monde venu assister à l’audience. Contre toute attente, l’accès à la salle d’audience a été interdit aux journalistes et aux autres personnes ne faisant pas partie de la famille de la victime.

L’avocat de la défense du Professeur Auberlin a défendu les intérêts de son client comme étant un personnel de santé qui ne se charge pas de la garde des détenus. La décision a été rendue en fin d’après-midi après quelques heures de débat. Le détenu Eddy Maminirina a reconnu être sorti clandestinement du CHU-JRA, mais nie pourtant avoir tenté de s’évader. La sortie illégale de l’opérateur économique déjà condamné pour une affaire de bois de rose s’est produite depuis plus de neuf mois, mais les forces de l’ordre ont finalement réussi à l’arrêter à l’extérieur de l’hôpital le 06 octobre dernier. La mesure de garde à vue prise par les enquêteurs à l’encontre des deux personnels soignants impliqués dans cette affaire a créé de vives réactions chez leurs collègues. Ces derniers ont  menacé de faire grève, ce qui a certainement influencé la décision du juge.

RN

Lire aussi