La Gazette de la grande ile

BNI Andohanilakaka : Victime d’un Hold-up

Publié le 13 octobre 2021

L’agence de la banque BNI à Andohanilakaka dans le Disctrict d’Ihosy a été victime d’un vol avec port d’armes dans la soirée du lundi 11 octobre dernier. Plusieurs milliards d’ariary, entassés dans quatre sacs de riz ont été braqués par trois individus. Le braquage s’est déroulé dans le  calme. Dans la soirée du lundi vers 18h30, trois individus sont venus parler avec la directrice de la banque, Rasandimanana Josiane, prétendant qu’ils sont des employés de la BNI Antananarivo, venus réparer les groupes électrogènes de l’agence à Andohanilakaka. Ils ont discuté une quinzaine de minutes dans le bureau de ladite directrice. Cette dernière est ensuite allée trouver une chambre d’hôtel pour loger ces individus en emmenant le véhicule de fonction de la banque immatriculé 9499 TBJ. Elle est revenue dans les locaux de la banque à 20h et s’est enfermée dans son bureau. Les trois individus l’ont rejointe à 21h38mn. Ils ont ensuite fait appel à un agent de sécurité civile, un certain Emilien, qu’ils ont immédiatement ligoté et bâillonné. Ils ont par la suite ordonné de convoquer l’adjoint de la directrice, Junot, qu’ils ont immédiatement menacé avec une arme à feu tout en le bâillonnant et ligotant pour lui soutirer le code du coffre-fort de la banque. Ils ont rempli quatre sacs de riz avec l’argent dans le coffre avant de s’enfuir. Les militaires présents sur les lieux ont essayé de riposter en chargeant leur arme, mais la directrice de la banque les a suppliés à genoux en disant que ses enfants à Antananarivo ont été kidnappés par ces malfaiteurs. Les braqueurs ont pris la fuite vers le Nord en direction d’Isalo.

A 23h30, les forces de l’ordres se sont réunis quand la directrice est revenue à pieds après avoir été relâchée en cours de route par les malfaiteurs. Aucun blessé et aucun coup de feu n’a été déploré. Les malfaiteurs ont été interceptés à Tuléar après avoir rebroussé chemin. Le montant exact de l’argent dérobé n’a pas encore été confirmé, mais on ne sait pas ce qui s’est passé en cours de route. Les quatre sacs ont été repris par les forces de l’ordre, mais on ne sait pas si leur contenu a changé. Ce hold-up a été minutieusement préparé, mais avec un plan de retraite bâclé. Le déroulement de l’enquête confirmera l’implication de la directrice, et même des agents de sécurité civile. Affaire à suivre…

  1. B

Lire aussi