La Gazette de la grande ile

Filière girofle : Les exportateurs requièrent des débouchés !

Publié le 14 octobre 2021

Le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation informe que le gouvernement sera strict par rapport au respect des normes sur l’exportation de girofle, à travers une déclaration faite hier. L’exportation de ces produits uniques est l’une des principales sources d’investissement étranger pour la nation malgache. Tous ceux qui demandent une autorisation d’exportation doivent donc se conformer à toutes les conditions, indique-t-on. Les principales conditions de légalisation sont le rapatriement des devises étrangères à Madagascar et la conformité de la société exportatrice auprès des autorités fiscales.

Il convient de noter que Madagascar produit 12 000 à 15 000 tonnes de girofle par an. Il est le deuxième exportateur mondial de girofle, après l’Indonésie qui en produit jusqu’à sept fois plus que la Grande Ile, rapporte-t-on. D’où vient alors ce classement annoncé par le ministère de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation ? Des exportateurs de girofle dans la Grande Ile ont des difficultés à exporter leurs produits et le ministère ose dire qu’on tient la deuxième place dans l’exportation du girofle. Cette semaine, les exportateurs de girofle à Fenerivo Est ont réclamé des débouchés pour vendre leurs productions. Une fois qu’ils les auront, l’on espère le développement de la filière. Ils ne demanderont plus des aides sociales comme le Tosika Fameno, etc. Le ministère doit donc s’assurer des débouchés des exportateurs, si l’on souhaite l’essor de la filière girofle.

Na

Lire aussi