La Gazette de la grande ile

Election des membres de la CENI : absence de transparence

Publié le 14 octobre 2021

Par décret n°2021-867 du 1er septembre 2021 fixant les modalités de désignation et d’élection des membres de la Commission Electorale Nationale indépendante (CENI), il a été décidé du renouvellement des membres de la formation permanente de la  Commission Electorale Nationale Indépendante. Les nouveaux membres de la CENI qui seront votés par divers organismes, y compris les organisations de la société civile doivent répondre à de nombreux critères. Le respect des critères d’éligibilité et pour être électeur est d’une importance capitale pour un organisme comme la CENI. D’autant plus que la crédibilité et la fiablité des élections qui seront organisées très prochainement sur le territoire national en dépendent.

Pourtant, à peine les premières procédures de renouvellement des membres de cette commission enclenchées, tous les acteurs concernés se heurtent à une véritable opacité et manque de transparence. Une situation qui met en doute la crédibilité des prochaines élections de ses membres. En effet, la KMF/CNOE, une organisation de la société civile oeuvrant dans l’observation des élections dénonce cette tentative de camoufler l’organisation et le déroulement même de l’élection des membres de la CENI. Le décret décidant le renouvellement des membres de la formation permanente de la CENI, signé le 01er septembre dernier, ne leur est parvenu officiellement que le 12 octobre, soit 42 jours plus tard.

Les inquiétudes de la KMF-CNOE se portent en particulier sur l’intrusion des organismes ne répondant pas aux conditions de l’article 14 du décret 2021-867 du 01er septembre 2021 qui dispose qu’il s’agit des associations et des organisations de la société civile ayant : « effectivement participé à l’observation d’au moins deux élections nationales». La mission de la commission ad hoc qui sera mise en place afin de vérifier toutes les informations qu’elle estime nécessaires doit être facilitée autant que possible selon la KMF-CNOE afin d’éviter toute velléité d’introduire des organismes non-habilités. Une mission qui ne doit pas être faite dans la précipitation.

En tout cas, force est de constater que de moins en moins de personne s’interessent aux élections au niveau de la CENI. La perte de crédibilité de cette institution, ne permettant plus de garantir une élection fiable dans le pays étant la principale cause.

      Ranaivo

Lire aussi