La Gazette de la grande ile

Réouverture des frontières : Eviter de prendre trop de risques !

Publié le 15 octobre 2021

La réouverture des frontières est d’actualité à Madagascar et sera active dès le 23 octobre. Toutefois, la prudence est de mise face à cela pour éviter une nouvelle rechute qui pourrait lui être fatale. Par ailleurs, la publication des pays figurant sur la liste rouge est à prévoir si l’on en croit le Conseil des Ministres du 13 octobre dernier. Le pays ne prévoit accueillir que des passagers en provenance de l’Océan Indien à partir de cette date, à savoir Maurice et La Réunion par l’intermédiaire d’Air Mauritius et Air Austral. L’Italie et l’Europe figurent aussi dans la liste de ceux que Madagascar va accueillir sur son territoire à partir du 6 novembre 2021 par l’intermédiaire d’Air Madagascar et d’Air France. Cela a été décidé lors du dernier Conseil des Ministres. Par cela, on peut en conclure que les frontières de Madagascar ne vont pas se rouvrir totalement.

Madagascar prévoit de publier une nouvelle liste rouge de pays sur la base de leur situation sanitaire sans pour autant donner des détails par rapport à cela. En tout cas, Madagascar doit éviter de prendre trop de risques, vu sa vulnérabilité qui est plus qu’évidente avec le nombre de chômeurs qui ne cesse d’augmenter au fil des années. La plupart d’entre eux trouve refuge dans le secteur informel dont la vente en pleine rue. Il n’y a qu’à voir la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) qui a du mal à assainir la capitale pour en avoir la preuve. Pour faire simple, la Grande Ile n’aura pas la force d’affronter une nouvelle rechute vis-à-vis de la situation coronavirus.

L’amélioration de la situation Covid-19 dans le pays est indéniable, ce qui lui vaut d’être classé comme destination sûre face au Covid-19 par son obtention du Safe Travels Stamp, le label du Conseil mondial du voyage et du tourisme. Toutefois, cette situation risque de ne pas durer longtemps si les dirigeants ne jouent pas la carte de la prudence face à la réouverture des frontières. Le Conseil des Ministres a fait part des pays autorisés à entrer à Madagascar à partir du 23 octobre sans pour autant préciser si les passagers en provenance d’autres pays et y faisant escale peuvent embarquer ou non. Il n’a pourtant pas été oublié de mentionner que le test nasopharyngé PCR obligatoire à effectuer à l’arrivée n’est pas gratuite et coûte 25 euros soit environ 115 000 ariary inclus dans le prix du billet. Les passagers devront être mis en quarantaine pour une durée de deux à 14 jours selon les résultats des tests effectués.

Jean Riana

Lire aussi