La Gazette de la grande ile

Edito : Echec d’Ostrom le défécateur

Publié le 16 octobre 2021

La formalisation et la réglementation des commerçants des bords de rue sont une mission vouée à l’échec. Ces derniers ont l’habitude de gagner leur vie dans l’irrégularité et la population a l’habitude de la facilité. Au lieu de faire un tour dans un local pour faire leurs emplettes, les gens ont l’habitude de se servir sur les bords des rues. Changer cette habitude est déjà une mission difficile en soi, mais la tâcheesten plus compliquée par des employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo qui reçoivent des pots de vins et collaborent avec les commerçants pour  que ces derniers continuentde vendre sur les bords des rues. En effet, ce sont les commerçants eux-mêmes qui affirment qu’il y a quelqu’un qui les soutient à l’intérieur de la CUA. Ils n’ont pas l’intention de quitter les bords de rues, car quelqu’un à l’intérieur les protège. En plus, les agents de la police communale, dirigés par Ostrom le défécateur, n’arrivent pas à gérer les commerçants rebelles.

A la tête de la police communale se trouve le commissaire Ostrom, ancien dirigeant de la Brigade Criminelle rétrogradé à cause d’une bêtise de beuverie en 2018 quand il a littéralement déféqué sur un véhicule de corps diplomatique.

Les agents de la police communale sont impuissants face à ces commerçants illicites. Malgré les directives du Maire d’Antananarivo, ordonnant les agents de la police communale à interdire la vente sur les trottoirs, ces derniers laissent agir les commerçants et cette pratique s’étend de de plus en plus. Quand il s’agit de se mettre sous les feux des projecteurs, les agents de la CUA sont au taquet. Par contre, dans l’exercice quotidien de leur travail, ils préfèrent se la couler douce dans les pick-up de la CUA en sillonnant les marchés pour observer les commerçants vendre librement sur les trottoirs sans prendre aucun  mesure.

A cause de la familiarité et des compromis qui se sont nstallés entre les agents de la CUA et les commerçants hors-la-loi, les efforts du maire d’Antananarivo de faire avancer la capitale de Madagascar resteront vains.

La Gazette

Lire aussi