La Gazette de la grande ile

Ministre “Mama sôsy” : Des ennemies supplémentaires

Publié le 18 octobre 2021

L’association des femmes journalistes de Madagascar (FJM) affirment leur indignation face aux agissements de la ministre “Mama sôsy”, Lalatiana Rakotondrazafy. Cette dernière a été l’invitée dans l’émission Arik’Aro vendredi dernier sur la télévision privée TV Plus pendant laquelle elle a parlé du cancer de la présidente des femmes journalistes, Anny Andrianaivonirina.  “Nous sommes stupéfaites, tristes et indignées, à entendre la ministre de la Culture et de la Communication (MCC) Lalatiana Rakotondrazafy, qui a rendu public les problèmes de santé de notre présidente. Ce genre de comportement ne respecte pas les valeurs de la société malgache. On estime que ça ne se fait pas d’étaler ce genre de sujet dans les médias surtout que la personne concernée n’a pas donné son aval. Nous, les membres du bureau, tenons à souligner que Anny Andrianaivonirina n’avait aucunement l’intention de demander de l’aide à qui que ce soit. L’initiative d’un appel à soutien venait du bureau de l’association FJM. Aucune lettre ni demande officielle n’a été faite à l’endroit de n’importe quel ministère ni département. L’appel fut une réussite. La MCC elle-même a répondu à notre appel. Toutefois, nous avons constaté dans son intervention que Lalatiana Rakotondrazafy éprouve une certaine déception quand elle n’a rien eu en retour”, peut-on lire dans le communiqué de l’association FJM publié samedi soir. Effectivement, Anny Andrianaivonirina s’est dressée contre la ministre en se positionnant contre l’élection de l’ordre des journalistes (comme tant d’autres journalistes d’ailleurs) qui a eu lieu samedi dernier. “J’ai fait preuve de sympathie et de compassion face à sa maladie. Je n’aurai jamais cru qu’elle aurait un problème avec moi”, affirme la ministre “Mama sôsy”. Des paroles qui sonnent comme une insulte auprès des FJM qui n’ont pas tardé à riposter. “De ce fait, le bureau de l’association FJM décide de rendre dans sa totalité la somme que la ministre Lalatiana Rakotondrazafy a octroyé pour les soins de notre présidente”, poursuit le communiqué. Un communiqué qui souligne clairement la solidarité des femmes journalistes de Madagascar et du fait qu’elles ne sont pas corruptibles.

A.N.

Lire aussi