La Gazette de la grande ile

Les chauffards du président : Un enfant mort et six blessés !

Publié le 18 octobre 2021

Un des véhicules blindés de l’escorte présidentielle a causé un accident meurtrier de la route hier à Ambatobe. Dans une épingle, le chauffard a perdu le contrôle suite à un excès de vitesse. L’accident s’est produit alors que Andry

Rajoelina allait rejoindre le match de football des CFFA d’Andoharanofotsy contre les Interclub d’Angola à Mahamasina. D’après le constat des témoins de l’accident et d’un agent de la circulation qui s’est exprimé officieusement « cet accident s’est produit à cause d’une perte de contrôle suite à un excès de vitesse. La trajectoire du véhicule dans la courbe démontre qu’elle est rentrée trop vite et trop tôt dans le virage. En plus, le poids et la géométrie de la voiture ont été des circonstances aggravantes. ».

Force est d’admettre que le cortège présidentiel à Madagascar roule trop vite dans la capitale où la circulation figure parmi les plus denses du monde d’après un reportage d’ « Echappées belles ». L’accident d’hier s’est produit un dimanche où la circulation est fluide, donc il n’y a eu aucune raison de rouler vite. C’est durant le week-end que les gens sortent pour marcher et le président n’avait pas de raison impérieuse de faire un excès de vitesse. De plus, le véhicule militaire qui a eu un accident est modifié à partir d’une base de SUV Toyota, pas du tout conçu, ni pour la vitesse, ni pour l’agilité en courbe. Pire, il a été modifié pour accueillir le blindage et les armes à bord, ce qui l’a alourdi de plusieurs centaines de kilos. Les irresponsables l’ont quand même conduit trop vite dans une épingle en pleine ville où la foule abonde dans les rues. Résultat, le renversement du véhicule a causé la mort d’un enfant innocent et fait six autres blessés.

Tous les jours, les chauffards du président manquent de peu de tuer des passants. Ils roulent à toute vitesse peu importe le jour et l’heure et ne considèrent pas la difficulté des gens à céder très vite le passage dans une circulation aussi dense qu’à Madagascar. Si Andry Rajoelina veut continuer ses excès de vitesses à Madagascar, il devrait d’abord prioriser la fluidification de la circulation.

La Gazette

Lire aussi