La Gazette de la grande ile

Les malheurs pour l’Androy : Les honneurs du Premier ministre

Publié le 19 octobre 2021

Jamais l’adage cynique qui dit  que le malheur des uns font le  bonheur  des  autres n’a été aussi  vrai que lors du passage du Premier ministre Christian  Ntsay à Abahita,  cette Commune Rurale du District de Bekily sur ce territoire de la famine et de la paupérisation programmée. Pourquoi parler de pauvreté dans  toute sa laideur quand le sous-sol de ces lieux  regorge des minerais les plus  précieux comme l’or, le labradorite,  le  vanadium et le quartz rose ? Le drame est le suivant : avec l’aval tacite du Dr Soja Lahimaro, l’actuel gouverneur de l’Androy,  des exploitants miniers asiatiques s’installent comme en pays  conquis dans les parages d’Ambahita et se livrent à  des activités diverses pour l’extraction de  tous les produits existants sans que la population reçoive la moindre retombée financière.

Ce n’est pas  étonnant. C’est scandaleux et moralement injuste parce  que même la Commune Rurale ne touche aucune taxe ou revenu fiscal sur ce véritable pillage en règle avec la bénédiction d’on ne sait pas qui  en haut lieu pour le moment. Grâce à la magie de la corruption ambiante à un  certain  niveau et au miracle de l’Omerta, cette loi  du silence qui fait que les rares personnalités bénéficiaires de l’argent sale préfèrent se taire. C’est la triste vérité de la réalité ambiante ! Premièrement, à l’heure actuelle, le pouvoir se prépare à mettre de l’ordre au sein de l’Administration  Générale (la valse des  gouverneurs). Il  est normal  que l’on  se pose  des  questions  sur  ce Soja, le Gouverneur de la  Région, son passé, son séjour, ses études, ses  relations avec les hommes  d’affaires à Bangkok ayant des liaisons avec sa sœur qui a financé ses  études là-bas, sa part  de  responsabilité dans les prises de  décision pour permettre à  ces étrangers de s’installer ainsi sur le territoire national  avec  des privilèges inimaginables.

Nos sources ont permis de  savoir (photos à l’appui) que ces véritables envahisseurs ont construit à Ambahita une sorte de forteresse avec des hautes clôtures qu’il y est interdit d’accès pour les habitants. Pour  des raisons  de sécurité. A  cause des  dahalos peut-être ? Il y  a plus  grave : la nuisance environnementale  à  cause des émanations de radio-activité  qui se dégagent des sites et cratères où les étrangers utilisent des engins et des pelles-mécaniques, provoque inévitablement des effets catastrophiques sur le climat et la santé humaine. Depuis que ces conquistadors venus de leur lointain pays sont là, les enfants et les nouveau-nés naissent avec  des malformations irréparables. Personne ne  s’en inquiète. Le maire de la commune étant absent parce qu’il est  en prison pour recel de malfaiteurs, ses collaborateurs ne savant  que faire face à  des envahisseurs  qui incitent à la prostitution les filles. Leurs parents paysans sans ressources ne peuvent plus cultiver la terre parce  qu’à cause du changement de climat sous l’effet des produits nocifs utilisés pour l’exploitation minière. Les terrains de  cultures s’étant détériorés puis dégradés jusqu’à  devenir inaptes à la production. Le ministère de l’Environnement semble trop occupé à faire du «m’as-tu vu » médiatisé et du « soulelakisme» et ignore  tout de ces drames. Comble de l’indifférence en matière de pratique gouvernementale,  de passage sur les lieux, le Premier ministre Ntsay Christian en personne et la ministre de la Population  Soafilira  au nom de la Protection  Sociale et de la Promotion de la Femme n’ont même pas  daigné s’intéresser à ces malheureux compatriotes. Plutôt préoccupés par l’esprit «précampagne électorale » (au profit d’on ne  sait exactement quel candidat déjà ?), ces irresponsables hauts placés ont préféré les honneurs des mondanités plutôt que compatir aux souffrances existentielles des laissés-pour-compte pitoyables considérés comme des con…citoyens.

Noël Razafilahy

Lire aussi