La Gazette de la grande ile

Ravinala Airports : Le néo-colonialisme continue

Publié le 20 octobre 2021

Après le départ de Patrick Collard, ancien Directeur Général de Ravinala Airports, les commerçants du terminal d’Ivato avaient espéré retrouver un environnement de travail sans pression, pourtant, le nouveau DG continue les agissements colonialistes de Patrick Collard en pire.

Ravinala Airports est la société qui gère les aéroports d’Ivato et de Nosy-be. Elle est actuellement dirigée par Julien Coffinier qui veut continuer le projet de Patrick Collard de s’accaparer toutes les zones commerciales de ces aéroports en se débarrassant des commerçants. Pour l’ouverture prochaine du nouveau terminal à Ivato, Julien Coffinier a écarté les commerçants de la zone Duty-Free (sous douane). Il leur a proposé de s’installer sur une zone éloignée à plus d’une centaine de mètres du terminal. D’ailleurs, ce nouveau terminal semble faire l’objet d’une interdiction d’ouverture pour non suivi de plusieurs normes. Ceux qui ont visité le bâtiment affirment qu’il est pourvu d’échafaudages apparents. Le toit et les cloisons sont faits à partir de matériaux non-règlementaires ne permettant pas de réguler la température à l’intérieur du terminal. Il ne comporte aucun système d’isolation des bruits en cas de pluie.

Couverts par la jurisprudence mentionnant que « tout commerçant ayant opéré plus de deux ans obtient un emplacement permanent », ces commerçants sont dans le droit de refuser les menaces et les intimidations de Ravinala Airports. Pendant la fermeture des frontières de Madagascar en 2020, Ravinala Airports a demandé à ces commerçants de déménager avant le 31 août 2020. Or, le président de la république avait décrété la fermeture des frontières et non du terminal. Beaucoup de commerçants ont cédé aux menaces et promesses de Ravinala et ont vidé les lieux. D’autres continuent de se battre pour leurs droits malgré les intimidations journalières. Le nouveau DG de Ravinala a ordonné à l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) de retirer tous les badges de ces commerçants pour qu’ils ne puissent plus franchir les zones de l’aéroport, mais l’ACM a refusé. L’ACM affirme ne pas vouloir devenir complice de l’abus de pouvoir sous forme de néo-colonialisme que fait subir Ravinala aux commerçants.

Force est d’admettre qu’au sein de Ravinala Airports, seul le DG a changé. Les agissements colonialistes continuent et s’annoncent de pire en pire. En effet, ce nouveau DG de Ravinala Airports a enclenché la vitesse supérieure en terme de néo-colonialisme en s’accaparant à l’avance les emplacements commerciaux du nouveau terminal d’Ivato qui n’est même pas encore ouvert.

La Gazette

Lire aussi