La Gazette de la grande ile

Secteur pêche : Le trafic tue la filière

Publié le 21 octobre 2021

Le secteur pêche est actuellement mal en point en raison de la surpêche qui s’opère loin des côtes, que ce soit dans le domaine du légal qu’illicite. Le développement de la pêche illégale et non règlementée  constitue un des facteurs engendrant le déclin du secteur. Il y a également les accords de pêche effectués par l’Etat avec les étrangers et  qui restent méconnus du public. Il est à noter que l’Etat ne dispose que de deux bateaux de surveillance ce qui est loin d’être suffisant, raison pour laquelle la surpêche bat son plein loin des côtes. Les petits pêcheurs ne cessent de se plaindre en raison du fait que leur prise s’amoindrit un peu plus avec le temps en raison de cela. Le pire est que les pêches qui s’opèrent à l’abri des regards sont effectués par des flottes de pêche étrangères car la pêche malgache se limite à la petite pêche avec des pirogues à voile. Le trafic qui s’opère dans l’espace maritime malgache fait perdre des millions de dollars au pays sans que l’Etat ne puisse rien faire. Le gouvernement de Madagascar est actuellement en négociation avec l’Union Européenne en vue d’un accord de partenariat de pêche équitable. Seulement, Madagascar ne peut parler d’équité puisqu’il ne peut même pas effectuer une surveillance digne de ce nom de son espace maritime. Il faut dire que la Grande Ile a du mal à percevoir les fruits de ses richesses et met en danger son écosystème marin en raison du manque de transparence qui prévaut dans le secteur. Tout ça pour dire qu’il est assez difficile d’assurer une véritable pêche durable sans transparence à la clé.

Il est à noter que l’accord de pêche conclu entre Madagascar et l’Union Européenne a expiré il y a de cela trois ans et est de nouveau en discussion sur un nouvel accord. Le secteur pêche joue un rôle important dans l’économie nationale, vu que cela fait vivre plus de 1,5 million d’habitants résidant dans les régions côtières de l’île. Par ailleurs, le secteur pêche joue un rôle primordial dans l’économie du pays comptant pour 7% du produit intérieur brut (PIB) Raison pour laquelle les organisations de la société civile (OSC) soutiennent le fait que le peuple malgache attend un accord juste, équitable et capable d’assurer la durabilité des ressources marines. Ils ont également demandé une compensation financière équitable tenant compte de la valeur des thons capturés. Ils ont soutenu cela par le fait que la compensation actuelle est dérisoire par rapport aux valeurs des produits sur le marché et doit être substantiellement revue à la hausse. Comme les petits pêcheurs sont concernés de loin ou de près par les négociations, il est nécessaire à ce que leurs avis soient tenus en compte pour la survie du secteur de la petite pêche et des ressources marines malgaches. Pour faire court, le secteur pêche est en déclin à l’heure actuelle, il faut ainsi penser à garantir la survie de la pêche nationale en prenant en considération tous les acteurs.

Jean Riana

Lire aussi