La Gazette de la grande ile

Orange Madagascar : Son DG pervers est arrivé

Publié le 21 octobre 2021

Frédéric Debord, ancien DG d’Orange Cameroun, est arrivé à Madagascar il y a quelques semaines de cela. Avant cette installation, il a fait un séjour en France dans le but de fuir la justice camerounaise. A titre de rappel, le groupe français de télécommunication Orange l’a muté à Madagascar, toujours au titre de DG. Cette affectation fait suite à une poursuite judiciaire, notamment pour harcèlement moral et sexuel contre Frédéric Debord. La victime n’est autre que la directrice des ressources humaines (DRH) d’Orange Cameroun, Evelyne Enguelé. Actuellement, il joue les victimes et parle d’une manœuvre dans le but de salir son nom. Toutefois depuis son arrivée dans la Grande Ile, Frédéric Debord se montre discret, d’après les employés d’Orange Madagascar. Il convient de noter que les salariés de la filiale malgache du groupe Orange (OMA) sont contre cette nomination. « Les salariés d’Orange Madagascar sont consternés par l’arrivée prochaine de leur futur DG accusé pour un sujet pour le moins honteux et très sensible pour les Malagasy qu’est le harcèlement sexuel. Nous demandons donc l’avis du Groupe sur cette affaire et de suspendre la nomination de Monsieur Frédéric Debord à Madagascar », peut-on lire dans une correspondance de l’OMA au DRH du Groupe Orange avec copie aux responsables Afrique. Toutefois, le groupe signe et persiste. Frédéric Debord a pris son poste à la tête d’Orange Madagascar. En outre, le personnel a reçu des consignes de leurs supérieurs leur demandant de cacher les articles de journaux parlant du scandale sexuel de leur DG. A croire que Frédéric Debord serait dangereux non seulement à cause de ses perversions sexuelles. Mais ce que l’on craint le plus, c’est l’inertie de l’Etat malgache qui accepte un hors-la-loi sur son territoire. Frédéric Debord devrait même être interdit d’entrée dans la Grande Ile. En même temps, le pays est une vraie passoire à racailles. On est aussi consterné par la passivité de la première dame, Mialy Rajoelina, qui est la marraine de la lutte contre les violences basées sur le genre à Madagascar.

La Gazette

Lire aussi