La Gazette de la grande ile

Transport aérien : Madagascar Airlines, une super-agence de voyages ?

Publié le 22 octobre 2021

Pendant le confinement, l’ambassade de France et l’agence de voyages BCD Travel ont organisé plusieurs vols de rapatriement de Français vers la Réunion. BCD Travel négociait avec Tsaradia ou Air Autral la location d’avions avec équipage et assurait la commercialisation du vol.

Le business plan proposé dans les accords de partenariat par Air Austral proposait la création d’une filiale en charge des vols intérieurs. Tsaradia fut créé et gagnait de l’argent dès sa 2ème année d’exercice. La partie handling MGH était déjà filialisée et gagnait également de l’argent. Airmad assurait les vols internationaux et la maintenance dont elle facturait les services à Tsaradia.

Le 18 janvier 2016, feu Léon Rajaobelina, PCA d’Airmad, écrivait au ministre des transports de l’époque que : “L’étude effectuée par l’expert de la Banque Mondiale souligne que le réseau domestique d’Airmad est le seul réseau profitable sur lequel Airmad peut générer une liquidité substantielle”.

Cette constatation a été confirmée par les comptes d’Airmad, amputée de MGH et de Tsaradia. Les difficultés d’Airmad étaient cachées dans les comptes globaux, MGH et Tsaradia finançant les déficits des vols internationaux. Airmad sans ses deux vaches à lait, Tsaradia et MGH, était nue. C’est pour cela que son personnel réclamait à cors et à cris le rapatriement de ces filiales. Malheureusement pour eux, la réglementation n’autorise pas la réintégration de MGH.

Le personnel vient d’avoir gain de cause pour Tsaradia qui refusionnera donc avec Airmad afin de former la nouvelle compagnie Madagascar Airlines. Selon les différents communiqués, la location ACMI (équipages compris) d’un B787 pour les vols vers Paris et d’un Embraer 190 pour les vols régionaux est prévue.

En clair, Airmad ne fera que la commercialisation de ces vols comme BCD travel l’a fait pour des vols de rapatriement. Dans ce cas, pourquoi perdre autant d’argent pour la location de ces avions ? Ces vols internationaux peuvent être assurés par les compagnies étrangères, le temps pour Airmad de se refaire une santé.

Quant aux vols intérieurs, on ne sait pas jusqu’ici par quels avions ils vont être assurés. Egalement d’autres locations en ACMI en vue ? Puisque le conseil des ministres a préconisé d’arrêter les contrats de location actuels dont les loyers sembleraient exorbitants.Tous les spécialistes pensent que la priorité doit être accordée aux vols intérieurs, non seulement pour la relance du tourisme (les touristes ne vont pas tous rester à Tana), mais également pour le déplacement des politiques, fonctionnaires et hommes d’affaires. Jusqu’ici, il n’y avait que Tsaradia et elle va disparaître.

Un licenciement massif est prévu, ce qui est une conséquence normale de ces décisions. Par exemple, sur ces vols internationaux, il n’y aura plus qu’un ou deux stewards ou hôtesses malgaches, dont les seules fonctions seront de faire des annonces en malgache et de proposer aux passagers du piment.

Il semblerait qu’on va également réparer, immatriculer à Madagascar et remettre en vol, les gouffres financiers A340 pour des vols vers la Chine. Nous ne cesserons de répéter ce qu’Einstein a dit “La folie consiste à refaire sans cesse la même chose, mais en espérant un résultat différent”

Airmad ne pourra donc pas fêter son 60ème anniversaire et le gouvernement a bien réussi à faire ce qu’aucun autre n’a fait en 60 ans. Même si cela nous fait mal au cœur, finalement, nous nous disons que réduire Airmad à devenir une super agence de voyage et garder ce nom nous ferait encore plus mal. Et il vaut mieux effectivement qu’on change sa dénomination en Madagascar Airlines.

Nous reprendrons plus tard le nom d’Airmad, lorsque les apprentis sorciers auront quitté après avoir épuisé les fonds que le gouvernement va injecter dans Madagascar Airlines et que de vrais patriotes et professionnels s’en occuperont de nouveau.

Bon vent à la super agence de voyages Madagascar Airlines.

La Gazette

Lire aussi