La Gazette de la grande ile

Edito : Toutes ces choses que l’on n’a pas vues depuis 60 ans

Publié le 23 octobre 2021

Le Président de la République Andry Rajoelina aime dire que sous son régime seront réalisées des choses qu’on n’a pas vues en 60 ans. Cette phrase qui lui est propre, laisse entendre que sous la première, la deuxième et la troisième République, rien n’a été fait, ou rien d’extraordinaire n’a été fait et que ce régime va le faire ! Effectivement, ce régime aime faire rêver, faire la fête pour des poses de première pierre ou des débuts de travaux et enlever les engins de là après, ou annoncer des choses qui ne se produisent pas comme la fameuse usine à éthanol qu’on attend depuis trois ans. Ce régime effectivement, nous fait voir du jamais vu en 60 ans, notamment des responsables, tenir des propos humiliants face à des gens qui réclament leurs salaires… Pour quelqu’un qui était à la tête d’une institution prônant le respect dans le travail et la justice sociale,  c’est en effet du jamais vu en 60 ans. Ce régime voit la mort d’une compagnie nationale, du jamais vu en 60 ans, surtout quand on sait que de hauts responsables de ce régime avaient cautionné les achats peu intelligents de flottes, même s’il est vrai qu’Air Madagascar a été pendant longtemps la vache à lait de l’Etat et une entreprise parfois familiale. Ce régime nous fait voir ce qu’on n’a jamais vu en 60 ans, des propos arrogants des tenants du pouvoir qui poussent parfois la population à une forme de xénophobie que l’on cache derrière le nationalisme et en même temps, les tenants du pouvoir sont bien heureux de profiter des largesses que leur offre leur double nationalité ou les facilités que leur offrent ces partenaires techniques et financiers. Même pour acheter des ordinateurs pour le fonctionnement de certains services, on fait appel aux partenaires techniques et financiers. Ce régime nous sort de notre ordinaire avec des déclarations étranges telles qu’une interdiction de faire grève ou des choses un peu plus risibles, comme le croisement entre les vaches laitières et un bœuf qui a subi une vasectomie. Ce régime nous fait rêver et c’est bien de rêver, mais peut-on rêver quand on n’a pas touché son salaire pendant sept mois? Peut-on rêver quand on meurt de faim ? Peut-on rêver quand les routes nationales deviennent dangereuses, non pas simplement du fait de l’insécurité, mais aussi par absence totale d’entretien ? Peut-on rêver quand tout laisse à croire que l’impunité est la règle et que la loi est différemment appliquée selon que l’on soit Secrétaire Général danger public ou simple citoyen à qui on retirerait des armes à feu ? Peut-on rêver encore quand le quotidien est difficile et qu’à côté, ce qui intéresse les tenants du pouvoir, ce sont des futilités, car oui, le fameux Colisée pour lequel nos impôts sont partis en fumées est une futilité, refaire la peinture de bâtiments publics, mais qui sont des coquilles vides, est une futilité. Aussi, il est normal que les histoires de mœurs de celle qui aimait critiquer les gens gratuitement sans preuve, deviennent particulièrement une occupation quand elle apprend enfin des leçons de la part notamment d’Onitiana Realy, de Lalao Ravalomanana, même si elle n’arrive pas à adopter la sagesse de ces femmes autrement plus intelligentes qui est de se taire.  Aujourd’hui, au bout de 60 ans, des tirs en l’air peuvent atterrir sur une jambe et tuer quelqu’un, ou des militaires peuvent s’envoler du haut d’un blindé qui se retrouve les quatre roues en l’air et tue/tuent un enfant.  Oui, on voit de ces choses inimaginables en 60 ans!

La Gazette

Lire aussi