La Gazette de la grande ile

Main basse sur les  richesses minières : Christian Ntsay montré du doigt

Publié le 23 octobre 2021

Voici maintenant plus de  trois mois que le Président  de la République Andry  Rajoelina a présenté  une équipe gouvernementale remaniée ce dimanche 15 août, au palais d’État d’Iavoloha. Ce remaniement   depuis  près  d’un  an faisait déjà l’objet de  rumeurs  diverses. La  grande  surprise de ce  changement  d’équipe a été Christian  Ntsay  en place depuis 2018 qui  est  finalement  reconduit.  Parce  que le  Chef de gouvernement a tenu  à  assurer le  cumul  du ministère des Mines  et  des  Ressources  Stratégiques, à  cause de la gestion  catastrophique de ce  département par un ministre Fidiniavo Ravokatra accusé par ses propres collaborateurs et les opérateurs de la profession d’avoir abusé de ses pouvoirs  discrétionnaires pour  s’enrichir à titre personnel.

Les doléances  des sociétés de  recherche et  d’exploitation lésées et victimes  des  tracasseries  administratives et des blocages sont là pour prouver  aussi qu’au lieu  de promouvoir ce secteur pourtant prometteur, le ministre sortant avait pratiquement manœuvré de manière à nuire aux bons  fonctionnements de la  recherche et l’exploitation  de l’industrie minière  en  général  et  du pétrole  en particulier. En s’installant dans les  bureaux du Ministère des  Mines  et  des  Ressources  Stratégiques, au lieu et place d’un  Brice  Randrianasolo (obligé  de  démissionner pour  des raisons pas  très claires jusqu’ici), le Premier ministre Christian  Ntsay aurait du être  en principe l’homme  de la situation. Avec  suffisamment d’autorité  et  de poigne pour mettre de l’ordre dans un contexte où régnait un  affairisme scandaleux au  détriment  des intérêts  supérieurs  de la  nation.

Hélas, depuis  que l’homme  qui  avait participé à l’élection  du Président  Andry Rajoelina en 2019 est là, la  situation n’a  fait  qu’empirer. Les trafics d’or à  destination  de l’étranger se multiplient et les produits bloqués par les  services  de  contrôles aux  douanes ne sont  rien comparés aux quantités  qui traversent les  frontières pour Dubaï et les  autres  destinations. Les mauvaises  langues jasent sur les  ballets d’hélicoptères qui  de Betsiaka, District  d’Ambilobe  assurent les liaisons  entre les fournisseurs et les acheteurs de la  capitale qui  ravitaillent l’étranger au  rythme de 50Kgs de lingots d’or de  contrebande par  semaine  selon  des  sources fiables. Situation inacceptable qui incite les observateurs  à mettre en  cause la responsabilité de celui  qui  cumule les fonctions  au  ministère concerné. Ils en  veulent surtout à  ce dernier  de perdre son  temps à  discourir, à  accuser à  tort  et à  travers ses subordonnés. Il a même empêché par  exemple l’exportation  de 2.000tonnes  de  chrome alors  que les  familles du personnel  de Kraoma subissent les conséquences malheureuses  du non-paiement des salaires. De deux choses l’une : ou  bien Christian  Ntsay est  réellement un «Premier ministre  irresponsable » comme La  Gazette de la  Grande Ile l’avait constaté à la Une il y a quelques  jours  ou  bien il serait  de mèche  avec les combines  mafieuses  des  trafics de nos  richesses minières au  détriment du pays. Qu’il prouve le  contraire !…

Noël Razafilahy

Lire aussi