La Gazette de la grande ile

Edito : Le mensonge après la victimisation

Publié le 25 octobre 2021

Après avoir essayé d’attirer à elle la sympathie des gens, qu’elle n’a d’ailleurs pas réussi à avoir,  en jouant la victime,  Lalatiana Rakotondrazafy épouse AndryAndriatongarivo, a annoncé que toutes les personnes qui avaient parlé de l’affaire Sayda lui ont présenté des excuses ! On présente des excuses à quelqu’un quand on a fait du mal à une personne ou quand on a commis des erreurs vis à vis d’une personne. La Gazette de la Grande Ile, qui a pour mot d’ordre la vérité imprimée, a imprimé la vérité sur cette affaire et n’a pas fait de mal à Lalatiana. La Gazette de la Grande île ne fait pas partie de ceux qui auraient présenté des excuses et pointe cette fois du doigt une autre maladie de Lalatiana Rakotondrazafy, à savoir la mythomanie. La vérité est qu’il y a eu des coups de feu à Ambatobe, la vérité est que la préfecture a exigé le retrait d’armes à feu d’AndryAndriatongarivo car ce dernier présente un danger pour les autres avec son utilisation intempestive d’armes à feu  dont il ne se sépare pas. La vérité est que le chanteur  Sayda était celui qui a dû s’enfuir,  se cacher pour fuir ce dangereux personnage, la vérité est que Lalatiana Rakotondrazafy et Sayda étaient ensemble et cela est connu de tout le personnel du MCC et particulièrement du cercle proche de Lalatiana et qui ont eux-aussi vendu la mèche. La vérité est que lorsque Freedom et MCC ont condamné que La Gazette ait sorti au grand jour cette affaire, le gouvernement dans son ensemble et les femmes du gouvernement particulièrement se sont tues et il n’y a eu aucune solidarité gouvernementale. La vérité est que ce qui arrive à Lalatiana est le juste retour des choses. La vérité est que La Gazette n’a pas présenté des excuses à Lalatiana et n’en présentera pas, contrairement à ce qu’elle avait fait à l’époque auprès de Honoré Rakotomanana, car elle avait menti sur les ondes de Free fm et à la une du journal free à propos d’un soi-disant immeuble de Honoré Rakotomanana. La Gazette a imprimé la vérité et La Gazette n’a pas fait de mal à Lalatiana. Bien au contraire,  La Gazette de la Grande Ile la met face à ses contradictions : honneur et dignité cela fait des années qu’elle n’en avait plus à partir du moment où elle s’en prenait gratuitement à toutes ces femmes qui avaient des responsabilités politiques au pays, elle s’en prenait gratuitement à toutes ces femmes qui pouvaient avoir de l’influence dans le domaine politique,  elle s’en prenait gratuitement à tout le monde qu’elle avait dans son viseur une heure sans filtre et de manière abjecte.  La Gazette de la Grande Ile la met face à ses contradictions et ses mensonges : il n’y a pas eu une levée de bouclier dans le gouvernement ou dans le monde des femmes en politique pour défendre un honneur déjà perdu de Lalatiana. La Gazette de la Grande Ile imprime une vérité selon laquelle Lalatiana Rakotondrazafy a en elle ce qu’il y a de plus méprisable et les femmes de la Rédaction abhorrent cette prétention de tout savoir même dans les domaines dans lesquels elle n’a aucune compétence,  cette manie de critiquer tout le monde de manière particulièrement exécrable sans aucune analyse,  cette manière de se croire incontournable dans l’échiquier politique malgache tout en donnant une bien piètre image de femme personnage public avec des histoires sentimentales nombreuses et variées, cette dernière sortie qu’elle avait faite à l’égard de la Présidente des femmes journalistes, à savoir évoquer la vie privée d’une personne tout en disant je l’ai aidée financièrement. La Gazette de la Grande île a imprimé la vérité sur cette affaire et les femmes de la Rédaction ont trouvé le plus mauvais exemple qu’une femme ne devrait jamais suivre et les femmes de la Rédaction ont vu ce qu’est la roue qui tourne que ce qu’elle a fait aux autres lui revient tel un boomerang. Sans aucune excuse car la vérité est imprimée.

Les femmes de la Rédaction

Lire aussi