La Gazette de la grande ile

Anyah : Hypocrisie ou ignorance ?

Publié le 27 octobre 2021

Le débat sur l’interruption thérapeutique de grossesse bat son plein. On le sait, les avortements clandestins existent chez nous, on le sait les pilules du lendemain se vendent chez nous sans ordonnance, on le sait aussi que nous ne sommes pas égaux face à dame nature, on le sait l’insécurité est devenue monnaie courante chez nous que ces bandits qui attaquent les foyers et qui violent les femmes et les filles ne relèvent malheureusement pas du mythe chez nous, on le sait les grossesses extra utérine et autres grossesses qui mettent en danger la vie de la mère surviennent ce qui oblige une interruption de la grossesse. A moins de vivre dans une bulle,  la député Anyah, femme de surcroît sait ce qu’est une grossesse extra utérine et elle devrait s’estimer heureuse de n’avoir pas vécu cela contrairement à d’autres femmes. A moins de n’avoir rien lu sur la grossesse elle devrait savoir toutes ces pathologies qui accompagnent parfois la grossesse et qui ne permettent simplement pas de la mener à terme. Dans ces cas, pour des raisons médicales et pour préserver la vie de la mère la seule solution est d’interrompre la grossesse. Dans ces cas et parce que l’échographie ne sert pas à découvrir par avance le sexe de l’enfant à naître mais à suivre l’évolution du foetus et découvrir déjà  lors de l’echographie les malformations congénitales de l’enfant, des malformations qui ne vont pas permettre à l’enfant d’être viable à la naissance et que la médecine décèle au cours de l’échographie le bon sens veut que cette grossesse soit interrompue. A moins de vivre dans une bulle, la député Anyah a certainement déjà vu des femmes enceintes qui sont hospitalisées et qui sortent de là en n’étant plus enceintes et en étant triste à en mourir car la grossesse a dû être interrompue parce que extra utérine par exemple ou parce que l’enfant dans le ventre n’était pas viable. Des faits réels,  des actes médicaux pratiqués  partout sauf dans les centres hospitaliers de base des endroits reculés de Madagascar où les centres médicaux ne sont pas équipés et où les femmes meurent parce qu’on ne survit pas d’une grossesse extra utérine non prise en charge, parce que si il n’y a pas de médecin pour interrompre cette grossesse hors norme d’autres personnes qui n’ont aucune connaissance en médecine et qui n’ont pas les instruments qu’il faut pour pratiquer l’acte vont jouer la vie de la femme et l’amener à la mort. C’est juste une question de bon sens.

Ce qui étonne le plus c’est l’argument d’une élue par rapport à la grossesse à la suite d’un viol. La député Anyah a avancé que c’est justement cela que cherchait à parer la loi sur les violences basées sur le genre et que le viol fait partie des violences physiques réprimées,  mieux encore la député Anyah a avancé que ce qu’il faut faire c’est renforcer les dispositifs pour qu’il n’y ait plus viol, une forme de maltraitance.  Elle vit effectivement dans une bulle. Le viol ça ne se passe pas que sous cette forme de maltraitance, ça ne se passe pas qu’à la maison. Député,  représentant du peuple, ne sait-elle pas qu’en plein centre ville de la Capitale,  des bandits lourdement armés attaquent des villas et tout en mettant la main sur tout ce qui est objet précieux, ils violent aussi parfois les femmes et jeunes filles? Vont elles être “réparées” grâce à la loi sur les violences basées sur le genre ? Et vont-elles se dire que c’est la volonté de Dieu qu’elles se soient fait violer, que le père de famille a été tué en essayant de les défendre et qu’elles vont vivre avec car heureusement il y a la loi qui réprime les violences basées sur le genre ? La député sait-elle que ces attaques à main armées existent ? Sait-elle que quelque part là-bas entre Tsiroanomandidy et Maintirano,  quelque part là-bas au fin fond de Madagascar,  des dahalo déciment des villages entiers pour voler des zébus et en passant violent les femmes et enfants du village ? A-t-elle réellement une connaissance de l’insécurité qui règne dans ce pays, elle qui est représentant du peuple? Que le viol ça ne se passe pas simplement entre quatre murs où une femme va aller porter plainte parce que son compagnon l’a violée,  l’a maltraitée ? Que des cas d’attaques accompagnés de viol sont réalité et qu’elle ne sait pas qui est cet inconnu qui l’a violée ou ces inconnus qui l’ont violée avant de voler ce qu’il y a dans sa maison ou en la violant en présence de son conjoint,  de ses enfants. La représentante du peuple ignore-t-elle que ces cas sont réels à Madagascar partout à Madagascar ? Ce n’est même pas de l’hypocrisie de se retrancher derrière la loi sur les violences basées sur le genre pour refuser l’interruption de grossesse suite à un viol, c’est du mépris à l’égard de toutes ces femmes victimes de viol.

Une femme victime de viol est souillée,  psychologiquement elle ne se relèvera jamais de cela et seules celles qui ont vécu ce drame sont les mieux placées pour savoir ce qu’est cette douleur qu’elles ont vecue, qu’elles continuent de vivre, qui la traumatisent. La première réparation psychologique pour ces femmes victimes est déjà d’avoir le choix d’interrompre cette grossesse suite à un acte cruel qu’elles ont subi et qui l’ont souillée. Anyah député doit savoir toutes ces choses qui existent dans le pays. Elle est parlementaire et donc elle est censée voter des lois qui expriment la volonté de la population et non sa position personnelle.

Anyah est aussi juge de la Haute Cour de Justice et non juge divin. Même si elle est transportée par sa foi, elle n’est pas Dieu le père mais simple humain imparfait. Comment jugera-t-elle les affaires qui impliquent les ministres et autres présidents de la République ? Se basera-t-elle sur la loi exclusivement ou se laissera-t-elle emporter par ses visions pour écarter la loi des hommes et se mettre à la place de Dieu ?

Serait-ce de l’hypocrisie car autour d’elle, toutes ces personnes même membres de parti politique sous les couleurs desquelles elle a été elue il n’y en a pas un qui soit blanc comme neige? Que dit Anyah par rapport à ces grands et petits actuels détenteurs du pouvoir qui font l’adultère ? Que dit Anyah par rapport à ces gens élus ou nommés détenteurs du pouvoir aujourd’hui qui volent ? Que dit Anyah par rapport à toutes ces attitudes de ses compagnons politiques qui sont complètement contraires aux préceptes bibliques? Soit elle va jusqu’au bout de son raisonnement ( ou de sa mission) et ne pas se limiter à l’interruption de grossesse, soit elle enfile ses habits de parlementaire et essaie de comprendre d’abord les choses selon l’angle du droit et à la recherche de la volonté de la population.

La Rédaction

Lire aussi