La Gazette de la grande ile

Présidentielle de 2023 : Rajoelina est-il condamné à ne pas se représenter ?

Publié le 28 octobre 2021

Hausse de prix des PPN, pas d’eau et insécurité partout même dans la capitale, grèves par-ci grèves par-là par différentes corporations pour réclamer salaires, bourses, paiement des marchés publics, arrêt de l’exportation de produits halieutiques, arrêt des pesages de camions sur les routes nationales, les agriculteurs producteurs de vanille obligés de brader leur production, la grogne des usagers du port de Tamatave qui risquent de bloquer toutes les opérations de dédouanement… La liste des insatisfactions des différentes couches de la population risque d’être longue, population qui  constitue également des électeurs. En face, que pouvons-nous aligner comme réalisations impactant réellement le quotidien de cette population ? Sans vouloir être pessimiste, aucune même à l’horizon ! 77 millions de dollars pour un stade Barea sans parking auront pu être mieux utilisés ailleurs, par exemple pour interconnecter Tamatave au réseau Interconnecté d’Antananarivo, et permettant de profiter également des 3 centrales à charbon d’Ambatovy ? Des millions de dollars gaspillés et engloutis dans un Colysée bien exotique dans l’enceinte du Rova et voué à la destruction. Même pas de parking de prévu non plus pour les éventuels futurs spectateurs !

Des CSB et sekoly manara-penitra faits à la va-vite dans quelques districts.

Pire, l’exemple du lycée de Volobe à Toamasina II : afin d’ouvrir un lycée, une des salles du CEG a été réquisitionnée pour une classe de 11 élèves. Deux enseignants du CEG se sont portés volontaires et enseignent uniquement 4 matières, les mathématiques et la physique pour l’un et le malagasy et l’histoire et géographie pour l’autre, même s’ils n’ont même pas leur diplôme de licence minimum exigé pour un lycée. Ces deux enseignants sont payés par les parents d’élèves à raison de 12 000 ariary par élève par mois. Les victimes collatérales sont les autres maîtres FRAM qui ne sont plus payés à bonne date. Du bricolage, mais les parents pris par leur désespoir n’ont malheureusement pas eu d’autre choix !

A qui la faute ?

Dans une organisation, il y a plusieurs échelons et plusieurs fusibles peuvent sauter successivement avant d’atteindre le sommet de la hiérarchie. A Madagascar, le président Rajoelina a voulu « jouer au Zorro » : Zorro est arrivé ! Vous allez voir ce que vous allez voir. Nous allons faire en quelques mois ce qu’aucun de mes prédécesseurs n’a réussi à faire en 60 ans, tout ça à la vitesse Grand V. Il s’est mis en 1ère ligne pour pouvoir en récolter les lauriers. Et quand il y a des problèmes, et malheureusement pour lui et la population, c’est le cas, il n’y a plus de fusibles. Et ça touche maintenant directement le président. Le PM, qui aurait dû faire normalement fonction de fusible, est transparent et ne le protège plus. Autre exemple récent : la tentative d’exportation frauduleuse de pierres précieuses par l’aéroport d’Ivato, la vingtaine de kilos d’or retrouvés aux Seychelles, des affaires concernant le ministère des mines et dans lesquelles le PM chargé de l’intérim de ce ministère s’est porté pâle et aux abonnés absents ! C’est même à se demander si cet intérim qui dure n’a pas d’autres desseins. Et voilà un Président de la République réduit à perdre son temps à donner une autorisation de prendre un vol.

Sur le plan de l’injustice ressentie par la population, rappelons Mama Sosy et son mari qui sont toujours en place. Sans oublier son ex-proche collaboratrice Rinah Rakotomanga impliquée dans une sombre affaire avec un marché de la SMMC débusquée par l’Inspection Générale d’Etat rattachée à la Présidence de la République. Et cette dame exfiltrée à l’ambassade de Paris, récompensée par un salaire en devises plus élevé, et qu’on charge encore d’Airmad alors que sa décsion d’accepter l’échange d’actions Airmad/Air Austral a coûté 10 millions de dollars à la Cnaps ! Cette impunité est très mal ressentie au niveau de la population et risque de coûter cher au président comme son prédécesseur qui n’a obtenu qu’un maigre 8% aux dernières présidentielles. Rajoelina va-t-il subir le même sort ou peut-il encore y échapper ? On ne peut que se poser une telle question au vu des diverses réactions dans plusieurs parties de l’île. Voyez ces nouvelles grèves des PAT des universités de Fianarantsoa et de Toamasina. Va-t-il faire son aggiornamento ou persister à faire un projet aussi inutile que coûteux comme ce téléphérique ? L’avenir nous le dira.

La Gazette

Lire aussi