La Gazette de la grande ile

Les images dans les mots : En voie de développement

Publié le 13 novembre 2021

Madagascar est un pays en voie de développement, soi-disant un pays qui a choisi de quitter la pauvreté pour devenir un pays émergent. Mais nos dirigeants veulent-ils vraiment que le pays marche dans ce sens ?

Les problèmes s’accumulent. Les sociétés d’Etat comme la Jirama et Air Madagascar sont endettées. On a déjà parlé de cela dans la dernière édition de « Les images dans les mots ». Le Ministre de l’énergie et des hydrocarbures a acclamé le DG sortant de la Jirama d’avoir bien fait son travail, mais le problème n’est toujours pas résolu, pire, il s’aggrave. Le FMI a déclaré qu’en 2020, le taux de croissance économique pour Madagascar a diminué de 6,1%. Certes, il y a la pandémie de Covid-19 et ses différentes conséquences sur l’économie et la vie des citoyens, mais jusqu’à maintenant, aucune politique concrète pour le redressement économique. Le taux de la pauvreté augmente. L’Etat ne peut pas créer d’emplois, le taux de chômage augmente. Le régime investit les Fonds publics dans des infrastructures dites « manara-penitra » en oubliant ce qui est le plus important pour le peuple. On aura alors de belles infrastructures et un peuple qui se noiera dans la pauvreté. Les proches des dirigeants obtiennent les marchés publics et voient leur business s’améliorer tandis que les plus petits manquent de travaux. Beaucoup d’opérateurs économiques sont actuellement endettés, des entreprises de construction routière se sont plaint, parce qu’elles n’ont pas été payées pour les services qu’elles ont fournis à l’Etat. L’Etat veut peut-être que ces services soient gratuits. Les opérateurs ne peuvent pas payer leurs employés, ni leurs fournisseurs. Ils entreront par conséquent en faillite, ne l’espérons pas. L’Etat ne peut pas résoudre les problèmes, ou plutôt ne sait pas résoudre les problèmes, un Etat qui soi-disant travaille pour le peuple. Un peuple appauvri suite à de nombreux  paramètres. La vision de l’Etat et la vie du peuple s’éloignent. On se concentre sur un développement passager qui ne prévoit pas un avenir pour nos descendants. Des infrastructures publiques comme des écoles, des hôpitaux, des routes en pavés de quelques centaines de mètres, des prisons, sont certes nécessaires, mais n’ont aucun impact sur la vraie émergence. Les secteurs de production sont souvent oubliés alors que c’est un grand moteur de développement.

Le pays est en voie de développement depuis des années et si on continue dans ce sens, on restera encore en voie de développement dans les prochaines années qui viennent. Des pays, auparavant pauvres, nous dépasseront si nous n’agissons pas. Matière à réfléchir.

Riri

Lire aussi