La Gazette de la grande ile

Mondial 2022 (Q) : L’armée investit l’hôtel de la Tanzanie à Madagascar !

Publié le 15 novembre 2021

Voilà une nouvelle affaire qui n’honore pas l’image du football africain… Ce dimanche, Madagascar et la Tanzanie s’affrontent à l’occasion de la dernière journée du groupe J des éliminatoires du Mondial 2022. Et malgré l’absence d’enjeux, les deux sélections étant déjà hors-course, les hôtes malgaches sont accusés de mettre la pression sur la délégation des Taifa Stars.

Dans un tweet, la Fédération tanzanienne (TFF) a ainsi dénoncé, vidéo à l’appui, l’arrivée d’un contingent de l’armée malgache à l’hôtel où séjourne les joueurs à Antananarivo. A quelques heures du match, des militaires armés se sont notamment installés dans les couloirs menant aux chambres pour venir chercher trois joueurs (Bakari Mwamnyeto, Aishi Manula et la star Mbwana Samatta sont cités) qui seraient positifs au Covid-19 afin de les placer en quarantaine.

Démesurée, cette démonstration de force qu’on pensait réservée à la traque de grands criminels ressemble beaucoup à une tentative d’intimidation qui a fait son effet puisqu’aucun des trois joueurs cités ne figure sur la feuille de match…

Afrik Foot

La suspicion de ces cas de Covid-19 représente un risque majeur pour Madagascar. Rappelons que l’île vient à peine de rouvrir ses frontières après plus d’un an de fermeture à cause de la pandémie de Covid-19. Avec la multiplication des cas locaux, tenue secrète par les autorités, ces cas importés par la délégation Tanzanienne représentent un risque accru de débarquement des variantes plus dangereuses dans l’île. Notons que le taux de vaccination contre la Covid-19 en Tanzanie est inférieur à 1.5% de la population. Une couverture encore plus basse qu’à Madagascar qui est actuellement de 2%. Toutefois, les deux pays sont toujours exposés à une autre vague de contamination et l’arrivée de cas importés à Madagascar signifie que même ceux qui ont déjà contracté le virus peuvent de nouveau y succomber. Toutefois, la manière dont cette histoire est devenue très vite virale sur les réseaux sociaux et sur le Web en général démontre comment les Africains gèrent une crise. « Ce n’est finalement qu’une histoire entre les Noirs », affirment les observateurs.

T.B

Lire aussi