La Gazette de la grande ile

Importation de ciment : Attention à la spéculation

Publié le 18 novembre 2021

La flambée des prix pèse lourd sur le quotidien de la population malgache tant sur la consommation que dans d’autres domaines comme la construction. L’Etat a eu recours à des importations massives pour faire face à la hausse démesurée des prix sur le marché. Le plus récent fut l’importation de 35 000 tonnes de ciment dans le but de réguler le prix. Pour le cas des vingt navires de produits de première nécessité (PPN) annoncés par le Président Andry Rajoelina au mois de septembre à Ivato au retour de son voyage à New York à l’occasion du Sommet de l’Organisation des Nations Unies; on est encore en attente de leur arrivée sur le territoire malgache. On ne peut que féliciter le ministre de l’industrie, du commerce et de la commercialisation Edgard Razafindravahy par rapport à l’arrivée des 35 000 tonnes de ciment la semaine dernière à Toamasina sans avoir eu besoin d’être annoncé. Toutefois, celui-ci devrait faire attention à la spéculation qui est la première cause des hausses démesurées. Il est clair que ceux qui en ont les moyens vont s’en procurer le plus possible et chercher le plus de bénéfice, quitte à faire de la spéculation.

Pour l’instant, l’arrivée des ciments importés par l’Etat ne semble pas faire sourciller le prix du sac de ciment sur le marché qui tourne autour de 39 000 ariary et plus selon les localités. Selon les explications qui émanent du ministre de l’industrialisation, du commerce et de la consommation, Edgard Razafindravahy, le prix du ciment importé par l’Etat ne devrait pas dépasser  les 29 000 ariary sur le marché si elle s’achète à 23 000 ariary à leur départ à Toamasina. On attend encore que le produit en question soit répasrti sur le marché avant de voir les résultats. En tout cas, l’Etat espère que les importations massives qu’il effectue vont faire en sorte de faire baisser le prix sur le marché. Espérons que la situation va changer une fois les produits importés livrés au niveau des marchés. De toute évidence, l’Etat n’a aucune autre solution pour remédier à la hausse des prix à part l’importation. En tout cas, il essaie de chercher des solutions, même si leur efficacité reste encore à voir.

Jean Riana

Lire aussi