La Gazette de la grande ile

Antsiranana privée d’eau potable : Ntsay Christian responsable

Publié le 20 novembre 2021

Les habitants  de la  ville  d’Antsiranana se plaignent que l’approvisionnement  en eau potable de la Jirama soit rationné à  seulement quelques heures par jour, dans une agglomération  où l’amplitude de la chaleur très   élevée provoque des problèmes  gênants pour toute la population. Devant les récriminations des utilisateurs, les responsables de  Jirama se mettent à chercher les  causes  de  cette  anomalie persistante…Après de sérieuses investigations sur  tout le  territoire de la  ville, ils sont parvenus à  détecter qu’un tuyau de gros calibre provoque un captage clandestin sur les  réseaux de fourniture d’eau de la  ville. Une pratique illégale sanctionnée par nos lois qui nécessite qu’on   identifie le ou les  bénéficiaires.

De  fil  en  aiguille, les  enquêteurs ont  abouti à la localité d’ Andramy, un endroit sur l’axe Antsiranana-Ambilobe qui se  trouve à presque 10 Km  de la  capitale  du  nord. De  surprise en  surprise, l’investigation permet  de constater que la  dérivation sert d’arrosage en permanence à  grande eau à un  vaste périmètre de  concession de  diverses  cultures appartenant à la  famille  Ntsay  Christian. Nos  sources  fiables  et  dignes  de  foi ne précisent pas quelles  ont  été les mesures prises par les responsables de la société d’Etat et les  autorités locales. Les  rumeurs laissent  entendre qu’au  niveau de Jirama, on préfère surtout  faire preuve  de discrétion jusqu’à faire preuve  d’un  silence prudent par peur  des représailles  de la part  d’une personnalité d’un  si  haut niveau. Pendant  ce temps, les  habitants ne se lavent que de manière fugace. Pire pour les lavandières comme pour les  cuissons journalières des repas tout le monde  est obligé de  se  soumettre aux  désagréments de ce  branchement illicite abusif.  A l’heure où paraissent  ces lignes,  notre  rédaction n’a point  encore  reçu des informations que ce dérangement impose à  toute une population qui ne  sait plus à  qui  se plaindre  quand  c’est le  Chef  de  gouvernement  en personne qui se permet  de pareils privilèges au  détriment des  administrés.  On se demande dans  ce  cas, si les rumeurs sur d’autres problèmes  délicats concernant  d’autres  secteurs vitaux comme l’exploitation minière de Betsiaka ne méritent pas d’être pris  en  considération.

Noël Razafilahy

Lire aussi