La Gazette de la grande ile

Union Européenne : Entre paternalisme et néocolonialisme (3ème partie)

Publié le 25 novembre 2021

Le 19 novembre dernier, les autorités malgaches et les représentants des délégations de l’Union Européenne se sont retrouvés au Palais d’Etat d’Iavoloha dans le cadre du 9ème Dialogue Politique. Comme à chaque rencontre, il a été question des relations politiques, économiques et commerciales, ainsi que de la coopération au développement.

L’accent a été mis sur les élections, comme en témoignent les quatre paragraphes consacrés à ce point dans le communiqué de presse conjoint. Ce communiqué annonce qu’ « en mars 2022, l’Union Européenne souhaite réaliser une mission de suivi de la mission d’observation électorale qui a eu lieu pendant les élections présidentielles en 2018. L’objectif principal de la mission sera de discuter des recommandations faites par la mission 2018 dans son rapport final. » Ce paragraphe appelle plusieurs observations.

Tout d’abord, c’est l’Union Européenne qui impose son calendrier. Elle confirme sa démarche néocolonialiste. Ensuite, « la mission de suivi de la mission d’observation électorale » sera coûteuse. Il est clair que l’Union Européenne s’invente des missions pour justifier des décaissements et espionner la préparation des élections. Par ailleurs, ces prétendus Dialogues Politiques ne sont pas consensuels. Ils s’apparentent à un catalogue d’instructions données à Madagascar par l’Union Européenne, laquelle souhaite accentuer sa mainmise sur le processus électoral dans la Grande Ile. Enfin, nul n’ignore que l’Union Européenne est empêtrée dans ses difficultés internes (sécession de certains pays, migrations et Covid-19). Pour conserver un semblant d’influence diplomatique, elle tente d’imposer son emporium sur les pays ACP, dont Madagascar.

Folojaona

Lire aussi