La Gazette de la grande ile

Saisie de 600 Kilos de drogue : échec au Pablo Escobar des îles

Publié le 26 novembre 2021

Que  des douaniers de  Bangkok  s’emparent d’un lot de rondins  de bois  de  rose dans le  temps, que  leurs  collègues sud-africains découvrent plus  de 73Kilos de lingots  d’or en provenance  de Madagascar vers  la  fin 2020, que pas plus  tard que  cette année un soupçon d’arrivage d’amphétamine dissimulé sous une importation de farine oppose les  services  des  Douanes au Procureur du Pôle Anti-Corruption (PAC), la liste  de pareilles  activités  serait longue…Mais  que des  gendarmes dévoilent  en public  et  au  grand jour,  devant la presse qu’ils s’occupent du dossier se rapportant à une  énorme cargaison de plus  de 500Kilos de  drogue (héroïne),  force est  de reconnaître l’existence d’un nouveau  Pablo  Escobar  des îles.

Le plus  étonnant dans l’histoire est  que malgré le buzz suscité par  cet exploit côté importateur de ces produits prohibés que côté officiel,  c’est le  silence éloquent  suspect qui ne peut  que provoquer des commentaires divers. L’opinion  est  avide de connaître l’identité et le réseau de ces empoisonneurs  qui mettent  pratiquement  en danger la  jeunesse de  notre pays. Chose étrange  comme  dans toutes les violations graves de la loi (trafics d’or, de produis miniers précieux, d’os ou  d’autres richesses, jusqu’ici  les investigations  ne  sont  jamais  arrivées à  remonter jusqu’à la  tête de la mafia). A propos  de ces 600Kilos de  stupéfiants saisis, la loi  du  silence et le respect du  secret  de l’instruction  aidant, aucune  des sources sollicitées par nos soins n’a  daigné donner la moindre  information. Alors  qu’il  est  de notoriété publique et d’ailleurs la presse locale  et internationale titre «Essor du trafic de drogue dans la zone : Madagascar désignée comme plaque tournante… » (…) «Madagascar produit ou dispatche une grande part de ces drogues, mais subit aussi la criminalité de ces trafics. (…) Ainsi à Maurice où la cocaïne est notamment prisée par les expatriés occidentaux et les touristes, “les saisies se multiplient, avec de grosses saisies tous les deux à trois mois, soit depuis l’Afrique du Sud, soit depuis le hub de Madagascar. Le trafic par voie maritime semble bien organisé, et les réseaux ont infiltré la douane, la police et la poste, notamment les sociétés de colis express” explique le journaliste Vel Monnien… »

En ce qui  concerne le mystérieux personnage que nous  avons choisi  de  désigner  comme le Pablo Escobar nouveau, une  source  digne de  foi, confirmée par d’autres personnes  fiables a permis de savoir qu’un  certain JATIN ADHIYA lié à trois  autres fraudeurs  notoires de Toamasina,  les  nommés TAHIR, NASSIR et ASSIM  seraient mêlés à  cette affaire de 600Kilos  de drogue  saisis. Sous le  couvert de la firme A.T.M  Trader  de Madagascar ils ont participé à l’importation  de sucre  blanc en provenance  du  Brésil dans  des  conteneurs où ont  été découverts plus de 10 sacs contenant de la cocaïne de  base en provenance  de  Colombie (pays où Marc Ravalomanana avait des  relations pas très  claires). Importées officiellement par la  Société FAMOUS TRADING  COMPANY suivant des documents de déclaration  de KOOTBI TRANSIT Sarl à Ampasimazava 29 rue Amiral Billard, les dits marchandises arrivent au port de  Toamasina. Surprise,  dans l’exercice  de leurs  activités  suspectes  la  société  A.T.M accepte le paiement  de ses  services en  crypto-monnaie ! L’affaire est actuellement entre les mains  de la  Gendarmerie  Nationale avec le  soutien  de la  coopération  internationale  de la lutte  contre les  stupéfiants. L’objectif est  de  démanteler le réseau mafieux  qui tente de faire  de  notre pays une sorte de Colombie royaume  de la drogue. En publiant ce  dossier La Gazette ne prétend pas obtenir un Prix Pulitzer mais  humblement pour contribuer à une lutte afin d’éviter  que le  fléau  de l’accoutumance  à la  drogue détruise nos jeunes  compatriotes qui  fréquentent  ces lieux  de plaisirs  nocturnes où  sévissent les dealers.

Noël Razafilahy

Lire aussi