La Gazette de la grande ile

Justice et corruption : Quelle transparence à espérer si tout le système est pourri ?

Publié le 29 novembre 2021

Nous rêvons tous de vivre dans une société où toutes les normes sont respectées, et où les dirigeants sont tellement honnêtes et intègres dans leurs missions que les risques et tentatives de corruption sont très réduits. Hélas, même si nous mettons en œuvre toutes les stratégies de lutte possibles contre la corruption, le résultat restera toujours le même, puisque la majorité des Malgaches vivent de la sorte sans s’en rendre compte. De son côté, la minorité qui tient tant à vénérer le respect des normes n’y peut rien, car c’est le système même qui est pourri.

Effectivement, la majorité d’entre nous sont potentiellement corrompus sans que l’on s’en rende compte. D’ailleurs, qui oserait nier qu’au moins une fois dans leur vie, ils n’ont jamais négocié avec un haut responsable afin de sauver leur peau contre des activités illicites qu’ils ont perpétrées. Nous préférons verser un pot-de-vin aux autorités de la police pour éviter que notre véhicule soit mis en fourrière, payer une certaine somme à un responsable de justice pour échapper à l’incarcération, augmenter notre frais de transport pour que le conducteur valide d’abord notre voyage avant de valider ceux des autres passagers, et la liste continue. Ceci pour dire que la corruption est présente même dans nos actions quotidiennes, mais nous préférons renvoyer la balle aux dirigeants à chaque fois que l’on évoque le sujet. Nous avons la manie de dire que c’est surtout la faute des dirigeants si nous ne parvenons pas encore à mettre un terme à ce fléau jusqu’à aujourd’hui, alors que les simples particuliers y sont aussi pour quelque chose.

Par ailleurs, puisqu’il est impossible de parler de corruption sans parler de normes et de droit, il faudrait attirer l’attention sur le fonctionnement de la justice à Madagascar vu que les responsables de justice sont chargés de veiller au respect des normes en vigueur. Pourtant, jusqu’ici, les agents travaillant dans les tribunaux et instances juridictionnelles sont toujours réputés être les plus corrompus dans notre société alors qu’ils devraient être les premiers à montrer une bonne image de ce qu’est la transparence. Malheureusement, les citoyens refusent de déposer une plainte ou une requête devant le tribunal pour demander réparation de leurs préjudices par crainte que leurs demandes soient toujours déboutées et qu’ils perdent leur temps. Ainsi se pose la question : Quelle transparence pouvons-nous encore espérer à Madagascar si c’est le système même qui est pourri ?

Hariantsa R.

Lire aussi