La Gazette de la grande ile

Famine dans les prisons : Des centaines de morts

Publié le 29 novembre 2021

Comme tout être humain, les détenus ont droit à la nourriture. Ce qui n’est tout simplement pas encore le cas à Madagascar lorsqu’on se réfère à la situation des détenus au niveau des prisons malgaches. La plupart d’entre eux souffrent encore de malnutrition et dans certains cas les plus graves, la malnutrition est une des causes de décès des prisonniers à Madagascar. Dans la prison de Mananjary, rien que pour cette année 2021, 35 détenus sont décédés des suites de malnutrition sévère. Les agents de l’administration pénitentiaire au niveau de cette prison sont impuissants face à cette situation, longtemps négligée. C’est le ministre actuel de la justice, Imbiky Herilaza qui est un des premiers à chercher une alimentation adéquate pour les détenus.

Dans la prison d’Ampanihy, dans le sud de Madagascar, 89 détenus sur  215 souffrent de malnutrition, soit un peu moins d’un détenu sur trois. La plupart sont des détenus qui ne reçoivent plus de visites de leur famille, et se contentent des aliments fournis par l’administration. Le ministère de la justice a tout de suite pris ses responsabilités après avoir été informé de cette situation. Dans une lettre du ministre de la justice en date du 22 octobre dernier, ayant alerté les autorités sur cette situation au niveau de cette prison, des aides alimentaires ont déjà été apportées par divers organismes.

Du riz, de l’huile alimentaire, du sel, des grains secs et du maïs ont été apportés par ces organismes. Des citernes d’eau ont également été apportées en raison du manque d’eau dans cette prison. A rappeler que même l’eau est absente dans cette prison en raison de la sécheresse qui sévit dans la partie sud en ce moment. En tout cas, ce n’est pas la première fois que des détenus souffrent de malnutrition à Madagascar. Même dans la prison d’Antanimora dans la capitale, nombreux se plaignent de la malnutrition, le manioc séché étant quasiment la seule nourriture fournie aux détenus durant toute l’année. Sauf en cas d’aides alimentaires venant des organismes de bienfaisance, les détenus dans les prisons malgaches ont toujours du manioc séché au menu.

Cumulés sur plusieurs années si l’on prend en considération le nombre de prisons dans tout Madagascar, plusieurs centaines de prisonniers sont déjà décédés de famine. Aucun chiffre exact n’est communiqué sur le sujet en ce moment. Le détournement des budgets destinés à l’alimentation des prisonniers n’est pas à écarter pour expliquer cette situation. Un budget destiné à cet effet est en effet prévu chaque année. On se demande si les détenus comme le Général Ramahatra incarcéré à Imeritsiatosika sont également affectés par cette famine.

La Gazette

Lire aussi