La Gazette de la grande ile

Habitants d’Antohomadinika : marionnettes politiques des dirigeants

Publié le 30 novembre 2021

Le quartier d’Antohomadinika est tout simplement oublié par les dirigeants, une fois qu’ils sont au pouvoir. Les habitants sont devenus des marionnettes politiques. Cela fait environ neuf ans que la route au niveau du stationnement de taxis-brousse menant à Ambatondrazaka est dégradée, mais aucune réparation n’a été réalisée jusqu’à maintenant. D’après le président du fokontany d’Antohomadinika 3G Hangar, « Plusieurs démarches par rapport à la réfection du tronçon de route d’Ambatondrazaka ont été entamées tout au long de cette longue période, mais sont restées vaines ». Une société s’est même portée volontaire pour la réparation de la route sur cet axe et une demande d’autorisation a été déposée auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo, de Madarail et même du ministère en charge des Travaux Publics, mais aucune réponse, selon les explications. « Or, la réhabilitation des routes figure dans les promesses du gouvernement en place durant la campagne électorale lors de sa descente dans le quartier », a soulevé le président de fokontany d’Antohomadinika 3G Hangar. Il convient de noter que le régime actuel a obtenu de nombreuses voix dans le quartier d’Antohomadinika durant les élections (communales et présidentielles). Plus de la moitié des électeurs ont voté pour le parti Mapar, dirigé par le président Andry Rajoelina. Mais le quartier a été ignoré quand les dirigeants sont arrivés au pouvoir. Les autorités ne se soucient pas de la réhabilitation de la route sur cet axe, parce qu’ils n’y passent pas. Pareil dans le fokontany Antohomadinika Afovoany et du fokontany Antsalovana Antohomadinika, où les tronçons de route sont délabrés depuis le parking des 67Ha, en passant par Jesosy Mamonjy et le stationnement des taxis-brousse pour Mahitsy. Aucune réhabilitation n’a été entamée sur ces axes après deux ans de dégradation, et ce à l’approche de la campagne électorale. Pour le cas d’Antohomadinika, les habitants doivent prendre conscience de la démagogie de nos politiciens.

Na

Lire aussi