La Gazette de la grande ile

Inflation, chômage et pauvreté : « Le couvercle va exploser »

Publié le 01 décembre 2021

On assiste ces derniers temps à la multiplication des formes de la résistance de la population de se soumettre aux règlementations imposées par les responsables. La pauvreté extrême et l’inflation sont parmi les principales causes de cette situation. Les récents évènements dont le refus des conducteurs de taxis- moto de cesser leurs activités, survenus à Anosy lundi dernier, en est une illustration. En dépit de l’illégalité de leurs activités, ces conducteurs de taxis-moto prétextant le chômage dont ils sont victimes, ont quasiment refusé de se soumettre aux interpellations de la police municipale. Pire, les policiers se sont pliés à la résistance de ces conducteurs de taxis-moto. Les papiers des deux roues, déjà confisqués par les policiers, ont été restitués à leurs propriétaires, par crainte d’une bagarre sur place.

Mais c’est loin d’être un cas isolé. La population refuse de plus en plus de se soumettre aux dirigeants et même aux autorités judiciaires. Outre la recrudescence des cas de vindictes populaires, nombreux sont ceux qui osent porter des banderoles et des pancartes au niveau des palais de justice pour manifester leur mécontentement et contester des décisions de justice. Ainsi, le 18 octobre dernier, des membres de la famille d’un Chinois du nom de Kevin Yang, sont venus nombreux au palais de justice Anosy pour réclamer justice. La corruption grandissante dans le monde judiciaire malgache est une des raisons qui ont poussé ces familles à manifester. Le déferrement d’un assistant parlementaire du sénateur Nepatraiky Rakotomamonjy arrêté à Ihosy pour avoir gifflé un policier, a également fait venir une foule à Anosy avant-hier. Cette dernière refuse toute corruption et tentative d’influence tendant à libérer l’assistant parlementaire.

En tout cas, la crise économique post-Covid est une des causes de ces situations. La population en a quasiment ras-le bol des fausses promesses et des « werawera » (bling bling) des gouvernants qui n’apportent quasiment aucune solution à l’inflation, à la pauvreté et au problème de chômage dont ils souffrent. A ces misères viennent s’ajouter la corruption grandissante, les abus des dirigeants et les détournements de deniers publics en tous genres qui restent impunis. Dans la capitale en particulier, les autorités au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ne cessent de faire pression sur la population en créant de plus en plus d’amendes et des sanctions diverses sans pour autant apporter des solutions aux problèmes sociaux. Si cette situation dure, « tsy maintsy hipoaka ny sarom-bilany » (le couvercle va exploser) selon certains. Autrement dit, la population va descendre dans la rue pour se soulever et réclamer une justice sociale.

La Gazette

Lire aussi