La Gazette de la grande ile

Edito : Remblayons le Betsimitatatra !

Publié le 01 décembre 2021

Antananarivo est complètement saturée. Les routes sont bondées, les ordures s’entassent, la pollution fait partie intégrante de notre quotidien, les ressources viennent à manquer (eau, électricité, nourriture…), l’espace où habiter est de plus en plus étroite… Bref, on étouffe à Antananarivo, la seule capitale au monde où on trouve des hectares de rizières. Et on trouve cela normal. Normal certainement, parce qu’on se réfère encore aux fameuses paroles du souverain de l’Imerina, Andrianampoinimerina qui disait autrefois : « La famine est mon ennemie, aménageons la plaine de Bestimitatatra en rizières » (traduction libre). Rappelons-le, Andrianampoinimerina a régné entre 1787 et 1810. A l’époque, on comptait à peine 10 000 habitants à Antananarivo. Se référer à ces paroles serait donc juste ridicule sachant qu’actuellement la ville d’Antananarivo compte près de quatre millions d’habitants pour une superficie de 8 501 d’hectares. La rizière de Betsimitatatra s’étend sur une superficie d’environ 30 000 hectares, ce qui n’est pas négligeable pour aménager une nouvelle ville. De quoi alléger un peu la saturation de la ville. Il suffit juste de faire les choses dans les règles de l’art, en l’occurrence s’assurer d’un système d’évacuation d’eau respectant les normes. C’est une solution à la portée du secrétaire d’Etat en charge des nouvelles villes de l’habitat, Gérard Andriamanohisoa et du ministère de l’Aménagement du territoire. Qu’est-ce qui nous garantit que le projet d’aménagement de nouvelle ville à Imerintsiatosika va réussir ? Qu’est-ce qui nous garantit que les habitants d’Antananarivo vont se précipiter à quitter la ville pour aller vivre à une vingtaine de kilomètres de la capitale ? Rien en effet. Connaissant la mentalité des Malgaches, tout porte à croire qu’ils préfèreront mille fois mendier sous les tunnels. Par ailleurs, une chose est sûre. C’est que Madagascar dispose de pas moins de cinq millions d’hectares cultivables non exploités. Les 30 000 hectares du Betsimitatatra ne représentent quasiment rien devant ce large espace oublié. Oubliée certes parce qu’étendre la superficie cultivable fait partie des Velirano (promesses présidentielles) d’Andry Rajoelina dans le volet autosuffisance alimentaire. Il suffit juste d’un peu de volonté et de moins de blablas  pour améliorer les choses.

La Gazette

Lire aussi