La Gazette de la grande ile

Edito : Jirama et Covid

Publié le 03 décembre 2021

La Jirama est une des sociétés offrant le pire service et toujours critiqué par les usagers.Entre les coupures d’eau et d’électricité et les factures étranges, si on pouvait se passer des services de la Jirama, on s’en passerait volontiers. Pour des raisons de sécurité,  on a besoin d’électricité, mais la Jirama nous a habitués à un nouveau terme, le “délestage !”. Quand les délestages se passent  entre 21h et minuit, on en vient à se demander si la Jirama n’est pas de mèche avec les voleurs ! Incapable de contribuer à la sécurité des personnes et des biens, la Jirama finalement, contribue aussi à l’insécurité. Quand des gens sont malades et ont besoin que les matériels fonctionnant à l’électricité marchent,  tels les concentrateurs d’oxygène,  les pannes de courant sont ce qu’il y a de plus criminelles. En dehors des problèmes d’électricité, la Jirama, bien qu’elle soit une  compagnie d’eau également, se permet le luxe de priver les usagers d’eau. Soit il n’y a pas d’eau et les tuyauteries se cassent, soit l’eau est d’une qualité douteuse, soit il faut mettre le réveil à des heures indues pour avoir un peu d’eau. En pleine recrudescence du Covid, voilà que l’eau se fait rare alors que la sensibilisation sur le port de masque et le lavage des mains reprend. Pour le lavage des mains sans eau, il faut utiliser le gel, diraient certains. Mais le gel hydroalcoolique n’est pas à la portée de toutes les bourses. La lutte contre le coronavirus sans une contribution de la Jirama, est vouée à l’échec, car soigner les malades et se prémunir du coronavirus s’avèrent une mission impossible sans eau et électricité !

La Gazette

Lire aussi