La Gazette de la grande ile

Où sont les seringues des Pfizer ? : Mieux vaut mourir en rigolant que mourir de la Covid en souffrant

Publié le 03 décembre 2021

Il y a neuf jours de cela, les autorités malgaches ont réceptionné 398 790 doses de vaccin Pfizer à travers l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID). Après recoupement, on sait que si le déploiement des vaccins anti-Covid19 prend autant de temps, c’est parce que le ministère de la Santé publique ne dispose pas des intrants nécessaires, en l’occurrence les seringues et aiguilles, pour son administration. En effet, l’USAID n’a pas jugé utile d’en envoyer avec ses dons, alors que l’urgence est déjà là. Ces rigolos nous font penser au temps où ils parachutaient des conserves pour les victimes de la famine en Afrique dans un désert, en oubliant les ouvre-boîtes. Vaut mieux en rire.

Ce genre de problème s’est déjà produit récemment avec les doses de Sinopharm reçues de la Chine. Ces dernières n’ont été disponibles auprès des centres de vaccination qu’une dizaine de jours après leur réception à l’aéroport d’Ivato. L’histoire se répète actuellement avec ces doses de Pfizer tant attendues, mais ni l’USAID, ni l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a jugé nécessaire de changer sa méthodologie. Quel manque de sérieux ! Il faut rappeler que Madagascar figure parmi les pays les moins avancés, voire les plus pauvres. Si jusqu’à présent, il se contente des dons en matière de vaccins contre le coronavirus, c’est pour une raison précise : il manque de moyens pour s’en procurer suffisamment. Alors, il ne faut pas trop demander à nos responsables (aussi incompétents et ridicules qu’ils sont) qui  ne sont présents à la réception de nos dons que pour les photos.

L’USAID qui travaille depuis un certain nombre d’années avec le gouvernement malgache, est bien informé de la défaillance du système de santé de ce dernier. Il y a aussi le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) et l’OMS à travers le mécanisme Covax qui affirment l’idée de plaider pour un accès équitable aux vaccins contre le coronavirus dans le but de sauver des vies. Mais les vaccins ne sauveront guère des vies s’ils ne sont pas utilisés et ils ne seront pas utilisés si l’on n’a pas de quoi les injecter. La situation tourne au ridicule. Mieux vaut mourir en rigolant que mourir de la Covid-19, puisqu’il est évident qu’on n’en bénéficiera pas. A croire que le gouvernement malgache sabote la vaccination pour déstocker son remède ridicule, le CVO que la présidence de la république distribue gratuitement depuis peu en faisant du porte-à-porte.

Annie R.

Lire aussi