La Gazette de la grande ile

Les images dans les mots : La vengeance de la nature

Publié le 03 décembre 2021

Ces derniers temps, nous nous plaignons du changement climatique. Le changement dans l’ordre naturel des saisons affecte le mode de vie des gens, surtout les paysans qui vivent en dépendant du climat. Ces derniers temps, les Malgaches ont attendu la tombée de la pluie, mais Mère Nature a préféré se la jouer autrement. Les faits, il y a beaucoup de perturbations dans le climat et ceci est dû à nos diverses actions, à ce que nous, humains, faisons. En effet, nous avons fait et continuons à faire du mal à la nature. Depuis plusieurs années, les humains exploitent beaucoup les ressources naturelles sans penser aux conséquences. On pille les richesses naturelles, notamment la faune et la flore, on détruit les forêts sans penser à reboiser, on brûle les montagnes et les forêts au détriment de leurs habitants. On ne fait que détruire, détruire sans limite et sans conscience. On rase des forêts pour installer des infrastructures qui sont certes bénéfiques pour certaines causes, mais mauvaises pour la santé de l’environnement. Des entreprises d’exploitation minière ou autres ne procèdent même pas à des études environnementales avant d’installer leurs matériels de forage et autres. Nous sommes tous concernés par ces changements naturels, parce que nous sommes tout autant les uns que les autres, coupables de la dégradation du climat quelle que soit notre place dans la société, parce que même une petite cigarette est néfaste à l’air que nous respirons. Les paysans qui exploitent la terre pour vivre, ceux qui vivent de la fabrication de briques et de charbon de bois ne pensent qu’à utiliser ce que la terre leur donne. Mais que donnent-ils en retour à la nature? Une nature qui souffre des dégâts des humains, une nature qui commence à se venger. Nos cultures subiront davantage de dégâts, parce que nous ne savons pas utiliser la terre comme il se doit. Nous ne savons pas utiliser le pouvoir que Dieu nous a donné, celui de régner sur la nature. Une royauté qui normalement, exige que l’on prenne en même temps soin de ce qu’on nous a donné. Ce qui n’est pas le cas, parce que nous avons bêtement régné et le mal nous revient. Le rythme a changé pour les saisons, donc pour le cycle agricole et pour la consommation également. Nous nous faisons mal en faisant mal à la nature. Aussi, il faudra penser à des reconstructions si on veut encore bénéficier des bienfaits de la nature. Matière à réflexion, en attendant, ceux qui savent prier doivent demander la grâce aux dieux qu’ils vénèrent.

Riri

Lire aussi