La Gazette de la grande ile

Guerre de leadership : “Moi, Je”

Publié le 06 décembre 2021

La guerre de leadership entre la ministre de l’environnement et la vice-ministre chargée de la reforestation est portée sur la place publique. Dès même la passation, il y a déjà eu clairement mésentente entre les deux. Entre celle qui fait savoir qu’elle est la ministre et que l’autre n’est que vice-ministre, et celle qui dit je suis vice-ministre avec des attributions indépendantes, on sent bien qu’à force de vouloir placer tout le monde ou ménager les susceptibilités des uns et des autres, au point de ne pas oser procéder à des abrogations et cela pas spécialement au sein du ministère de l’environnement, on en arrive à ces situations impensables ! La ministre de l’environnement n’a donc pas l’apanage de l’environnement et du développement durable si bien que ceux qui décident lui ont flanqué une vice-ministre. La vice-ministre  se concentre sur le mot “ministre” qui lui donne de l’importance, car vice ou pas vice, elle a la voiture et les avantages et les gens ne lui font pas du Madame la Vice ministre, mais du Madame Ministre et ça y est, elle ne se sent plus. L’une et l’autre veulent chacune démontrer qu’elles ont un “pouvoir” et égrène des “je” ou évoquent l’organigramme. L’une, la ministre, veut démontrer qu’elle connaît son domaine, car elle a fait des études là-dessus, car elle serait le “cerveau” avec son doctorat ; malheureusement, beaucoup ont remarqué sa suffisance, parfois même son arrogance et pourtant elle est loin d’être exempte de tout reproche. Selon certaines indiscrétions de la Faculté des Lettres à Ankatso, sa maman utiliserait-le conditionnel est de rigueur- une voiture avec une plaque rouge,  peut-être celle du ministère de l’environnement ? L’autre, la vice-ministre, se gonfle d’importance ou se donne une importance qu’elle n’a pas, même si elle est moins suffisante que la ministre. On est obligé de se rendre compte qu’elle n’est pas à la hauteur, même sur le plan politique. Chacune veut être “le Chef!”, la ministre aime dire que la vice-ministre est “vice” ; la vice-ministre aime dire qu’elle est sur le même pied d’égalité que la ministre.  Les deux ont chacune une attitude indigne de responsables en amenant leur différend sur la place publique. A ce niveau-là de responsabilité, il faut garder la raison,  il faut une retenue que les deux viennent clairement de perdre. A croire qu’elles ont chacune perdu la raison, car l’une ne vaut pas mieux que l’autre dans leurs attitudes. Il y en a une au gouvernement qui doit être contente, car la bataille de chiffonniers des deux ministre/vice ministre permet de mettre un peu en sourdine ses histoires glauques avec la star et l’homme privé d’armes à feu. Celle qui connaît bien la conjugaison “moi, je”!

La Gazette

Lire aussi