La Gazette de la grande ile

Promesses d’Andry Rajoelina : Perte totale de confiance de la population

Publié le 06 décembre 2021

Enième promesse d’Andry Rajoelina vendredi dernier à Ambatolampy lors de l’inauguration d’une usine française. Le président de la république promet de monter une cimenterie et deux usines de sucreries avant l’année 2023. Le but est d’assurer une autosuffisance en ciment et en sucre de la Grande Ile. D’autres promesses viennent ainsi s’ajouter à celles qu’il a déjà annoncées des années auparavant.

Le chef de l’Etat a pratiquement fait des promesses sur tout ce qui lui passait par la tête, pourtant arrivé à mi-mandat, la plupart sont demeurées sans suite. Cette situation fait que la population ne croit plus à ses dires. Pire, à l’occasion des campagnes présidentielles de 2018, les « Velirano » (Promesses présidentielles) figuraient parmi les raisons qui ont poussé les électeurs à voter pour Andry Rajoelina, mais faute de réalisation, même ceux qui ont voté pour lui, éprouvent des regrets. Ainsi, si auparavant, la population se réjouissait de ce genre de promesse du président, ce n’est plus le cas. La population a de sérieux doutes que le président réalise ces usines avant l’année 2023.

En ce qui concerne la création d’une cimenterie, ce n’est pas la première fois que la population entend Andry Rajoelina en parler. Déjà en 2010, le président l’a déjà dit sous le régime de la HAT (Haute autorité de la transistion). Maquettes à l’appui, le président parlait à l’époque d’une grande cimenterie de l’océan indien à Madagascar permettant de vendre le sac à 14.000 Ariary au lieu des 22.000 Ariary sur le marché de l’époque. Le comble c’est qu’Andry Rajoelina avait promis la construction de cette usine avant la fin de cette même année (2010) et devant être opérationnelle la même année. A plus de onze ans après, la population n’y croit plus.

La population a pratiquement perdu confiance en Andry Rajoelina. Concernant les industries sucrières, chacun s’interroge encore si le chef de l’Etat va relancer les sociétés d’Etat comme la SIRAMA et le SIRANALA ou se contenter de favoriser l’implantation des entreprises étrangères spécialisées dans ce domaine. En tout cas, bien que le président dispose de très bonnes ambitions et d’excellentes initiatives, le blocage réside surtout au niveau de son entourage politique. L’incompétence et l’impunité des ministres d’Andry Rajoelina, à l’instar de « Mama sosy » (Lalatiana Rakotondrazafy), risquent fortement de l’handicaper s’il se présente aux élections présidentielles de 2023.

Ranaivo

Lire aussi