La Gazette de la grande ile

Affaire « Apollo 21 » : La suite du procès ce jour

Publié le 07 décembre 2021

Très tôt dans la matinée d’hier, des éléments des forces de l’ordre se sont postés un peu partout aux alentours du palais de la justice à Anosy. Pour cause, le procès de la Cour Criminelle d’Antananarivo concernant les 21 accusés dans l’affaire « Apollo 21 » s’est tenu hier à la salle d’audience numéro quatre de ce palais. La sécurité a été renforcée au maximum. L’entrée de la salle a été bien gardée et tous ceux qui voulaient y accéder ont presque tous été fouillés. Aucune prise de photo, ni enregistrement vocal et vidéo, n’a été autorisé à l’intérieur de la salle.

 Au total, 20 accusés sur les 21 poursuivis se sont présentés devant la barre. Parmi ceux qui ont comparu figurent Paul Rafanoharana et son épouse, Philippe François, Sareraka, le Général  Victor Ramahatra et quelques élements du GSIS (Groupement de sécurité et d’intervention spéciale) de la gendarmerie nationale. Toutefois, l’archevêque d’Antananarivo, Odon Marie Arsène Razanakolona n’a pas été aperçu à Anosy bien qu’auditionné par le juge d’instruction à son bureau à Andohalo. Chacun des accusés a nié les accusations portées contre lui dont la rébellion contre le président de la république, le renversement du gouvenement, l’association de malfaiteurs et la détention illégale d’armes.

Toute la matinée a été consacrée à la lecture des actes d’accusation en langue malgache qui s’est poursuivie l’après-midi avec la version en française. Une lecture qui n’a été achevée que vers 16 heures de l’après-midi. Les avocats des accusés ont par la suite soulevé les exceptions de vices de procédure avant les débats sur le fond du dossier. La Cour s’est retirée un moment avant de reprendre l’audience pour annoncer l’interruption de l’audience en fin d’après-midi. Le procès reprendra ce jour.

En tout cas, des preuves flagrantes sur l’existence du projet « Apollo 21 » ont été citées durant la journée d’hier. Bien que les accusés aient tous nié les accusations portées contre eux, des documents prouvant l’existence de divers plans et des sommes d’argent destinées à réaliser ce complot, ont été cités pendant la lecture des actes d’accusations. De leur côté, les avocats des défenseurs disent détenir des preuves du contraire. Seule la suite et l’issue du procès permettront de connaître la vérité sur cette affaire.

La Gazette

Lire aussi