La Gazette de la grande ile

Sentinelle : ASSOCIATION NATIONALE POUR LA PROTECTION DES MENAGES …

Publié le 07 décembre 2021

La société malgache est en danger. C’est une affirmation qui mérite d’être disséquée comme il se doit par tous… En effet, pour lutter contre l’incertitude de l’avenir, la population des grandes villes dans sa majorité, opte pour deux filières qui sont :

1) La pratique religieuse à outrance

2) l’investissement dans l’alcool et où la drogue.

On a dit majorité, mais il y a quand même une frange de la société qui est restée dans la rectitude sociétale, mais dommage que cette dernière émane seulement de la classe aisée des nantis.

Ce peuple, désormais vulnérable à toutes les vicissitudes de la vie, d’un côté s’abrite derrière la foi par une pratique sectaire qui le rend vulnérable aux charlatanismes de tous les horizons religieux, qui par leur mercantilisme notoire, appauvrissent les pauvres gens tombés dans leurs escarcelles ; d’un autre côté et non des moindres, il y a ceux qui se réfugient dans l’alcool et ou les drogues. Cette dernière, adepte des paradis artificiels, tombe alors dans la dépendance et entraîne la déchéance sociale de toute la famille.

Derrière tout cela règne la détresse due à la misère d’un pays dont les gouvernants successifs ont fait fi de l’éducation qui est le principal levier de tout développement. On n’en veut pas au FRAM dont certains enseignants font de leur mieux pour sortir leurs élèves de la toile de l’inculture, mais la réalité est telle que les étudiants qui évoluent dans les établissements publics, vont grossir le rang des cadres d’exécution, mais atteignent rarement le niveau des cadres de conception à l’allure où ça se présente.

Pour remédier à cet état de chose qui est l’exploitation de la crédulité des personnes en détresse, ne serait-il pas mieux de faire comme le RWANDA en interdisant les sectes qui sont en nette prolifération sur tout le territoire de Madagascar ? L’Etat n’est-il pas censé protéger les Malgaches de toute tentative d’exploitation de l’homme par l’homme ? Pour ces férus de l’alcool, il faut aussi protéger la famille en promulguant une loi stipulant que les trois quarts du salaire du chef de famille doivent parvenir à son propre foyer. Pour les drogués, il faut sévir durement par des lois sur ceux qui en usent, et intensifier la chasse aux dealers en décrétant cette activité lucrative de crime contre l’humanité.

La réalisation effective de cet acte de protection sociale, doit être mise sous la férule d’une association familiale nationale œuvrant pour la stabilité des ménages, qui pour ce faire, doit être mise en place à l’instar de l’association FITIA qui a pris son envol dans la  lutte contre la violence conjugale et la protection de l’enfance. Il est temps de choisir et d’agir sur le devenir de nos compatriotes qui, peu à peu, deviennent irresponsables et mettent en situation de vulnérabilité tous leurs proches. Il est vrai que l’on constate actuellement l’effritement de la responsabilité familiale qui est en train de se perdre doucement, mais sûrement, dans tout le pays.

Max RANDRIANTEFY

Lire aussi