La Gazette de la grande ile

Agriculture et élevage : Anéantis par le business

Publié le 11 décembre 2021

La population malgache est un peuple qui vit de l’agriculture et de l’élevage ou du moins la majorité, soit un peu plus de 80 % de la population. Le problème est que ces secteurs se trouvent en manque de soutien et de motivation. Plus concrètement, ils sont anéantis par le business et autres. La preuve, l’Etat s’est approvisionné à l’étranger pour les aides sociales lors de la crise sanitaire au lieu de le faire auprès des agriculteurs et éleveurs locaux. Si l’Etat s’approvisionnait auprès des paysans locaux, cela pourrait les inciter à produire plus ou essayer d’améliorer leur activité. Rivo Andriamanalina, le président de la commission agriculture et élevage du Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), a profité de la présence du Président de la République, Andry Rajoelina au colloque national de l’élevage hier, pour avancer l’idée. L’approvisionnement à l’étranger s’avère un business florissant que les dirigeants en arrivent à délaisser les paysans. Il est à noter que l’évènement en question se tient depuis le 9 décembre au Centre de Conférence Internationale (CCI) à Ivato pour redynamiser le secteur élevage. Il faut dire que le secteur a plus que jamais besoin d’être redynamisé, d’autant plus qu’il est en proie à bien de maux dont l’insécurité en premier lieu, pour le cas de l’élevage de bovidés. Les dahalo font des leurs dans les communes éloignées, causant le désarroi des éleveurs, puisque les vols de bovidés y sont assez fréquents. Ces vols constituent un business, non seulement pour les dahalo, mais aussi pour des personnes haut placées. Le Chef d’Etat a même spécifié lors du colloque que des personnes haut placées sont complices des brigands voleurs de bœufs.

Le Président  Andry Rajoelina a avancé des chiffres montrant que la situation s’est améliorée avec le nombre de bovidés volés qui a diminué au fil du temps. En 2018, il y a eu 33 216 bovidés volés contre 27 944  bovidés en 2020 et 21 870 en 2021. Le nombre de bœufs volés a diminué et il n’y a rien d’étonnant à cela, puisque le nombre de zébus des éleveurs est aussi en baisse. C’est la raison pour laquelle les cas de kidnapping sont en pleine recrudescence en milieu rural. La question de sécurité a été spécifiée lors du colloque et s’avère être un gros défi à résoudre en vue de l’amélioration du secteur élevage. L’agriculture n’est pas non plus un secteur à négliger vu qu’elle constitue une composante essentielle de l’économie malgache. C’est pour cette raison que le Ministère de l’agriculture et le Fonds international du développement agricole (Fida), la coopération allemande GIZ ont coopéré pour l’octroi de formation aux agriculteurs à travers l’approche Farmer Business School (FBS). Des milliers de paysans  dans une dizaine de régions en ont bénéficié et ont ainsi amélioré leur pratique.

Jean Riana

Lire aussi