La Gazette de la grande ile

Développement de Madagascar : Nouvelle année, nouvel espoir !

Publié le 11 janvier 2022

Pour commencer, nous entamons peut-être déjà la moitié du mois de janvier 2022, mais il me semble tout de même nécessaire d’apporter quelques mots pour  cette nouvelle année qui commence. En effet, chaque début d’année, l’expression commune qu’on dit lorsqu’on rencontre le voisinage, la famille, les amis ou les proches, c’est : « Bonne et heureuse année ! Nos meilleurs vœux et que cette année nous apporte joie et prospérité. » C’est quasiment devenu une routine et une coutume de procéder à une telle manie, quand bien même l’intention réelle de souhaiter le bonheur d’autrui fait probablement défaut pour certains. Mais puisque ce ne serait peut-être pas digne de commencer la nouvelle année par des pensées négatives, espérons que pour 2022, tous les meilleurs vœux dont nous avons rêvé, vont enfin se réaliser.

Particulièrement pour Madagascar, cela fait environ 62 années que notre pays a été déclaré indépendant et qu’à la suite, le pays est devenu démocrate, libertaire et républicain. Cela fait donc 62 années que des dirigeants élus successivement ont promis le développement du pays, et 62 années que nous attendons encore la venue de celui-ci. Jusqu’ici, nous ne pouvons pas encore affirmer que les promesses ont été maintenues ou du moins, nous n’avons pas la même définition de ce qu’est « le développement ». Si pour certains, développer signifie pouvoir manger rationnellement et avoir un emploi stable qui met en valeur ses capacités, pour d’autres, ce serait de vivre dans un quartier où l’infrastructure est tellement mise en valeur qu’ils oublient même qu’ils vivent dans la misère quotidienne. Si les uns prient pour que le système éducatif soit valorisé dans leur pays, les autres ont juste à sacraliser le népotisme et la réussite viendra vers eux.

Par ailleurs, tous ces souhaits pourraient effectivement contribuer au développement de Madagascar si les dirigeants savaient gérer leurs priorités, et si les administrés savaient apprécier le moindre effort que fournissent les premiers. Néanmoins, nous ignorons quand est-ce que tous ces objectifs seront atteints, et nous ne pouvons même pas être certains qu’ils le seront. En tout cas, cette nouvelle année devrait nous apporter de nouveaux espoirs pour parvenir à nos fins, et espérons que les mauvaises gestions et la mauvaise gouvernance qui ont fort longtemps prévalu, seront enfin laissés de côté.

Hariantsa R.

Lire aussi