La Gazette de la grande ile

Procédures judiciaires : Décisions non exécutées

Publié le 25 janvier 2022

Ce n’est ni un harcèlement, ni de la persécution pure et simple. Notre démarche consiste à dénoncer des faits et des réalités inadmissibles dans un système judiciaire considéré comme tel. En 2016, toute la presse en a parlé :

« condamné par la Cour Criminelle Ordinaire à 7 ans de Travaux Forcés et une amende de 1 million d’Ariary avec confiscation de ses biens pour trafic d’or pesant 66Kgs,» Molou Navazaly Rossanaly, depuis, est toujours libre et sans souci… Absent du territoire lors du jugement car « un mandat d’arrêt a été décerné en même temps par le juge. » La même source rapporte qu’«une négociation en haut lieu a été entreprise par les proches de Molou pour qu’il ne soit pas inquiété. La famille aurait approché la présidence pour trouver une entente. Maintes fois, Hery Rajaonarimampianina a martelé qu’il ne va pas céder aux pressions de la corruption, surtout les dossiers de trafic d’or, de bois de rose et d’autres ressources du pays.»

Vous voulez savoir la suite. Selon toujours les médias, « le plus grand exploit de Rossanaly Navaz Molou est le suivant : celui de ne pas rester plus de 3 heures d’horloge en détention. » Me Nicole Andrianarisoa, de l’entourage du président Hery Rajaonarimampianina, a réussi à faire pression sur la ministre de la Justice de l’époque. Il a suffi d’un simple billet adressé aux responsables de la prison de Tsiafahy et voilà Rossanaly Navaz Molou ramené à son domicile. Selon des indiscrétions, le Procureur de l’époque, contraint et forcé, a eu du mal à justifier la libération d’un détenu condamné. Fait réel : un certain ministre Jacques Ra… a pratiquement obligé un juge à ne pas mettre en prison un individu condamné à la prison ferme avec mandat de dépôt décerné à l’audience, et d’un. Plus près de nous, dans l’affaire de l’assassinat de Danil Radjan dans l’enceinte de la City à Ankorondrano, avec les pistes des règlements de comptes entre trafiquants d’or, le nom de Saïd de Quincaillerie Sambatra, a été clairement cité. A notre connaissance, malgré les démarches des parents et de la défense de la victime, les suspects ne sont pas inquiétés. La procédure semble être « gelée». Prenons le cas de Pirbay de Gulf Sat. Selon des sources proches de la Primature, cet individu, spécialiste des trafics d’influence (grâce à des complicités de très haut niveau) a réussi l’exploit de faire modifier un décret pris par le gouvernement pour obtenir l’exploitation des fibres optiques de la direction de Toamasina. A propos de ces dossiers des trafiquants illicites, les gens se demandent pourquoi les juges n’osent-ils pas ouvrir des procédures sur l’assassinat commis par Mathieu Rajaonarimampianina à Anjozorobe en 2017, les trafics de bois de rose à Bangkok. Qu’attendent les tribunaux pour poursuivre l’ancien président, Rivo Rakotovao, Roland Ratsiraka, Benjamina Ramanantsoa. On est même parvenu à escamoter les dossiers compromettants sur Fidiniavo Ravokatra déposés sur les bureaux du Président concernant les détournements de lingots d’or vendus à un Indo-pakistannais. Faut-il attendre que toute cette racaille prenne le large ?

Noël Razafilahy

Lire aussi