La Gazette de la grande ile

Les images dans les mots : « Osons dénoncer les VBG ! »

Publié le 26 janvier 2022

Les VBG ou violences basées sur le genre sont des pratiques courantes dans la vie de la société malgache sans que les Malgaches s’en rendent compte. Des comportements que certains font endurer à leurs proches. Ces derniers ont mal suite à cela, mais ne peuvent rien faire ou ne veulent rien faire par peur d’une répression. Beaucoup de victimes de VBG, homme ou femme, n’osent pas dénoncer le mal qu’on leur inflige pour diverses raisons. Et d’un, ils (elles) ont peur de leur(s) agresseur(s), et de deux, ils (elles) ont peur du regard de la société. Les victimes restent des victimes et les agresseurs croient toujours qu’ils sont les plus forts. Le HCDDED, Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit, dans son rôle de défenseur de Droit de l’Homme, s’engage auprès des autres organes et sociétés civiles qui opèrent dans le milieu, à lutter contre toutes les formes de violences. L’organe constitutionnel soutient cette lutte en effectuant des sensibilisations sous divers aspects. Il a alors sorti un recueil de témoignages de quelques femmes victimes de VBG, un numéro hors-série de leur magazine trimestriel « Demokrasia ». Ce livre est titré « Aza iniana tsy jerena », littéralement « Ne faisons pas exprès de ne pas voir ». Ce titre en dit long, c’est un titre qui incite tout un chacun à voir ce que ces gens, particulièrement des femmes, subissent, un titre qui appelle les responsables à ouvrir les yeux afin d’éliminer ces formes de violences pour que la société puisse vivre en harmonie. En ces temps difficiles où le moral est au plus bas, où les gens subissent beaucoup de stress à cause des divers problèmes sociaux, les violences conjugales augmentent, les diverses dépressions peuvent provoquer des comportements violents. Divers paramètres doivent être étudiés afin de lutter contre ces violences. Ce livre a pour but d’humaniser les statistiques. En effet, les statistiques ne semblent émouvoir ni les bourreaux, ni l’opinion publique. Et pourtant, derrière chaque statistique se cache une aventure humaine, des expériences difficiles pour des femmes et des filles qui portent à jamais les traces de ces violences. L’objectif de cette publication est ainsi de sensibiliser et d’informer le grand public sur les divers droits liés au Genre. Il s’agit ici de montrer que la violation des droits, surtout les VBG, a des impacts sur la démocratie, car les victimes ne peuvent participer à la vie sociale, et a des liens avec l’instauration de l’Etat de droit, car généralement, l’origine des violations en découle.

Riri

Lire aussi