La Gazette de la grande ile

EDITORIAL : Admirable solidarité, malgré tout

Publié le 26 janvier 2022

Les successions de jours de pluies saisonnières ont gonflé les eaux des  cours d’eau ( Ikopa, Sisaony, Imamba et Adroba du périmètre  d’Analamanga) et provoqué des crues et des inondations tout  en entraînant des destructions des maisons  d’habitation, et parfois entraîné des effondrements de quelques bâtiments. Dans la foulée, le passage de la dépression  tropicale  Ana  compliquera  encore plus une  situation  déjà très catastrophique. Officiellement, plusieurs régions de l’île ont été déclarées sinistrées et furent l’objet de mesures spéciales de secours.

Dans un  élan  spontané, les militaires, les policiers  et les gendarmes ont été les premiers à  se manifester pour  venir  au  secours  de la population des secteurs les plus  atteints dans la partie de la plus  basse  altitude de la capitale. Là où les habitants avaient le plus besoin d’aide urgente et  d’appui, les policiers étaient sur place pour déplacer des personnes vers les  centres  d’hébergement  réservés aux sinistrés et procéder  aux nettoyages des  endroits  envahis par les jacinthes d’eau. Dans les endroits où ils étaient intervenus, grâce à la célérité de leurs actions et leur  détermination, jusqu’à ce jour, on ne signale aucun mort d’homme. Devant leur dévouement et leur comportement très  respectueux de personnes, le public  n’a pas manqué  de  témoigner leur admiration pour leur abnégation  et leur sens  de  charité. Du  côté  du  canal Andriantany, et d’Ampitatafika, les militaires ont utilisé les  grands moyens.  C’était une  véritable mobilisation  générale. Comme il y  avait des endroits où  les habitants ont craint qu’on  vienne  les dévaliser  après leur  évacuation, les hommes en uniforme (militaires gendarmes) tentaient  de les rassurer tout en promettant que des mesures  de  sécurité  générales  seront mises  place pour la protection de leurs  biens. A voir tout  cet ensemble d’actions dans le but  de  venir au  secours des plus  démunis, on ne peut  s’empêcher de féliciter le  courage et la manière de  servir le peuple des hommes en uniforme.

Bon nombre de  nos  compatriotes restent insensibles et ignorent complètement le malheur  qu’endurent et  subissent les  voisins  et  cohabitants obligés de  survivre dans  des  endroits où les  eaux ont envahi leurs habitations et en  temps  normal,  déjà  dans la précarité. A part les volontaires  de la  Croix-Rouge, toujours  en première ligne  lors  des  sinistres de  cette  ampleur, qui ne ménagent  guère leurs  efforts pour porter  secours, seuls quelques groupes de compatriotes sensibles aux malheurs  des  autres ont  réagi comme les membres  du parti fondé par Dada Monja, lesquels ont fourni deux  canots à moteur (vedettes) pour assurer l’évacuation des personnes  dans les habitations à risques, auxquels ils ont  ajouté une  dizaine  de  tentes. Que sont-ils  devenus ces prostitués de la politique politicienne comme le pasteur Edouard, Alain Andriamiseza, le duo Delakely et Hanitra, le Pasteur Maihol et les autres sectes ? Ils ont disparu de l’écran  radar. Ce  beau monde aurait pu, ne serait-ce que sensibiliser l’opinion à faire preuve de civisme charitable.

Noël Razafilahy

Lire aussi