La Gazette de la grande ile

Lutte contre la corruption : Pure illusion à Madagascar

Publié le 27 janvier 2022

La lutte contre la corruption est encore loin d’être au point à Madagascar. Il reste encore beaucoup de chemin à faire. En tout cas, on ne peut pas dire que le mot d’ordre qui est la tolérance zéro, soit vraiment effectif, d’autant plus que la lutte contre la corruption n’est que pure illusion à Madagascar. La preuve est que les richesses du pays se dilapident de manière illicite en raison de la corruption qui y prévaut. On s’étonne que Madagascar ait pu gagner un point à l’Indice de perception de la corruption (IPC) de 2021 publié par Transparency International – Initiative Madagascar à l’hôtel Centell, le 25 janvier dernier. Madagascar réalise un score de 26/100 soit 2,6/10 en 2021, soit un léger avancement d’un point par rapport au score réalisé en 2020 dont le score est de 25/100 soit 2,5/10 et se place au 147ème rang sur 180 pays étudiés contre 149ème sur 180 l’année 2020. Ceci n’est que pure illusion d’optique par rapport à la situation réelle à Madagascar avec la mauvaise gouvernance qui continue de plus belle. Autrement dit, ce gain de point ne reflète pas vraiment la situation réelle qui prévaut dans le pays avec la corruption qui le gangrène. Les cas des trafics d’or qui battent leur plein en sont la preuve, à l’exemple des 73,5 kgs d’or et des 49 kgs qui n’ont été saisis qu’une fois en dehors du pays, notamment en Afrique du Sud et aux Comores. La majorité des données ayant été collectées en 2020, le score de l’IPC 2021 se base donc sur le contexte de l’année 2020. La route est encore longue pour Madagascar en matière de lutte contre la corruption. Par ailleurs, il a été spécifié lors de la publication de l’IPC 2021 que l’autosatisfaction n’est pas de mise, car il faut du temps pour atteindre la tolérance zéro envers la corruption, proclamée depuis 2019 par le gouvernement. L’existence des institutions comme la Haute Cour de Justice (HCJ), le Bianco (Bureau indépendant anti-corruption), le Samifin (Service de renseignement financier)… n’a aucun sens vu qu’elles ne servent à rien.

Jean Riana

Lire aussi