La Gazette de la grande ile

Remblais et constructions illicites : Tollé temporaire

Publié le 28 janvier 2022

Les dommages matériels immenses causés par les pluies diluviennes dans la capitale et la banlieue déclenchent de vives critiques. Le changement climatique n’explique pas tout. En raison du nombre élevé de victimes (morts, blessés et sans abris), l’opinion publique désigne des boucs émissaires.

Parmi ceux-ci, il y a les auteurs de remblais illicites. C’est de leur faute si l’eau de pluie ne peut pas s’écouler dans les rizières et les canalisations. A côté des responsables de terrains remblayés en violation de la règlementation, il y a les propriétaires de constructions illicites qui sortent de terre comme des champignons. C’est de leur faute si leur propre maison s’effondre sur celles des autres.

Si l’indignation collective actuelle est justifiée, c’est parce que les nombreux remblais et constructions illicites ont été réalisés grâce à la corruption, la cupidité et la stupidité. Tant que des individus sont disposés à payer cher pour ne pas respecter les lois et les règles, il y aura toujours des responsables administratifs pour leur donner satisfaction. La corruption est une des causes en amont des dommages collatéraux engendrés par les pluies diluviennes.

La colère provoquée par les remblais et constructions illicites est vive et intense. Pourtant, ils reprendront de plus belle une fois que la période pluvieuse sera terminée et que l’émotion sera passée. Faute de sanctions exemplaires, la corruption, la cupidité et la stupidité se remettront en selle. Qualifier de temporaire le tollé à propos des remblais et constructions illicites ne relève pas du défaitisme ou de la résignation. Il faut être lucide sur le fait que la corruption est aussi immortelle que le diable.

  1. GASPARD

Lire aussi