La Gazette de la grande ile

« Ventre affamé n’a point d’oreilles » : Politikan’ny kibo de Dadabe Tsiranana

Publié le 02 février 2022

La Gazette l’a déjà écrit maintes et maintes fois, et elle persiste et signe : Il est plus que temps que Rajoelina endosse enfin son costume de président, et d’arrêter sa propagande perpétuelle.

Certes, le peuple peut lui pardonner certaines de ses insuffisances comme affirmer que la colonisation a commencé en 1886, ou de lire un discours dans l’arène international « La malnutrition est un droit fondamental et non un privilège» sans même se corriger, ou de ne pas savoir que le mot anglais dam signifie barrage, ou d’appeler Professeur Rakotomanga, le Professeur Rakoto Ratsimamanga, ou de ne pas savoir qu’on n’a pas besoin d’attendre deux années avant de faire la récolte du riz qu’on a semé, ou de faire des erreurs d’addition ou de multiplication, ou de ne même pas connaître les paroles de la 1ère strophe de l’hymne national devant des écoliers du primaire.

Mais il sera plus difficile au peuple d’oublier que le Président allait effectivement réussir ce qu’il n’a cessé de répéter, à savoir qu’il allait faire ce qu’aucun autre président n’avait jamais réussi à faireavant lui depuis l’indépendance (et cela va rester dans l’histoire) : Faire faire la queue à Antananarivo aux bidons jaunes pour avoir un peu d’eau, des heures de délestages par jour malgré une augmentation des factures Jirama. Devoir diminuer sa ration quotidienne de riz, d’huile, de sucre, de sel, de PPN devenus hors de prix, profaner le site d’Anatirova en y construisant le Colysée dont le poids de béton met en péril toute la colline de Manjakamiadana. Payer des taxes chaque fois qu’on achète du carburant pour alimenter le fonds d’entretien routier et constater qu’aucune route nationale n’est plus entretenue. Voir les petites entreprises malgaches de travaux publics péricliter, faute de paiement de leurs prestations par le Trésor, pendant qu’un Colas reconnu corrupteur obtient le marché du téléphérique de plusieurs millions de dollars sans aucun appel d’offres. Voir le classement des Bareas retomber à la 101ème place (un nombre symbolique associé par les Malgaches au WC à la turque !). Se voir reprocher d’être les responsables de l’inondation des bas quartiers à cause des déchets et ordures jetés dans les canalisations. Et on parle à peine des vrais responsables, ceux qui ont autorisé les remblais des zones prévues rester des bassins de rétention comme Laniera, le Marais Masay ou Betsimitatatra. D’ailleurs, certaines des autorisations de remblai avaient été données par l’actuel secrétaire d’Etat chargé des villes nouvelles lui-même, alors qu’il était en 2017 DG de l’aménagement du territoire du ministre de l’époque Narson Rafidimanana. Et pendant que la CUA affirme ne pas être responsable des gros travaux de réparation des routes de la capitale, ce ministre Gérard Andriamanohisoa parle du début des travaux de construction des voies à Tanamasoandro Imerintsiatosika. Quelle inconscience ! Encore une chance que la population ait refusé l’implantation du projet Tanamasoandro à Ambohitrimanjaka !

Agir en Président de la République : déclarer

INCONSTRUCTIBLES les zones remblayées et POLITIKAN’NY KIBO

Il est temps pour Rajoelina de faire et non plus de continuer à ne faire que des promesses auxquelles plus personne ne fait attention. Ces promesses ne font plus rêver personne, et ce ne sont pas les distributions de vary tsinjo et autres par lui-même ou les ministres qui lui permettront de corriger son image. Les shows et le weraweras, c’est fini !

La digitalisation, les carnets de fokontany avec des QR code, Miami, l’autoroute Tana/Tamatave, les réchauds à éthanol, le téléphérique, les velirano, etc… C’est fini ! Ce ne devrait plus être la priorité du gouvernement et le Président doit commencer par l’admettre publiquement.

Revenons aux fondamentaux. Déclarez INCONSTRUCTIBLES toutes ces zones remblayées ! La priorité doit être maintenant de satisfaire les besoins primaires de la population (manger, boire, dormir, avoir une bonne santé…). Certes, Le Président s’est encore trompé en situant la présidence de dadabe Tsiranana dans les années 80 (on est prêt à oublier sa méconnaissance de l’histoire), mais il doit se rappeler le mot d’ordre de l’époque de simple bon sens : Politikan’ny kibo. Malagasy voky aloha no laharam-pahamehana voalohany. Malagasy salama ny faharoa. Malagasy mahay raha ny fahatelo (traduction libre : manger et boire d’abord, la santé ensuite et enfin l’éducation). Il ferait bien d’écouter le conseil de ce vieux sage. N’est-ce pas la 1ère base de la pyramide de Maslow ? Car effectivement, « Ventre affamé n’a point d’oreille » et ne peut ou ne veut rien entendre. Avant de rêver, il faut dormir et « qui dort dîne ».

La Gazette

Lire aussi