La Gazette de la grande ile

Rajoelina, le timonier seul maître à bord

Publié le 14 février 2022

Samedi 12 février, l’armée a procédé au largage d’une tonne de vivres dans la commune d’Ifanaera, district d’Ikongo, avec quatre petits avions Cessna.  Spectaculaire et bienvenu pour  la  population ! (https://www.facebook.com/watch/?v=2783937948575341&ref=sharing) .

Pour aller à Ikongo de Fianarantsoa, Il faut d’abord prendre la RN25 jusqu’à Ifanadiana, et ensuite la très mauvaise route RN14 sur une centaine de kilomètres difficilement praticable pendant la période des pluies.

En juin 2020, Rajoelina avait annoncé un « plan Marshall » figurant sur le site de la présidence (https://www.presidence.gov.mg/gov/index.html) et inscrit dans la Loi des Finances Rectificative 2020. Parmi les projets de ce plan figuraient le terrassement et le bitumage des points noirs de cette RN14 IFANADIANA-IKONGO-VOHIPENO. S’il a fallu procéder à des largages, c’est qu’IKONGO reste inaccessible, malgré les promesses de réhabilitation de Rajoelina. Ce qui fait penser que, soit le terrassement et le bitumage des points noirs de la RN14 n’ont pas été faits, soit ce projet présidentiel n’était pas manara-penitra !

Ikongo est le district qui a payé le plus lourd tribut à Batsirai et déplore plus d’une centaine de morts. Malgré cela, Rajoelina a snobé ce district et s’est contenté d’y envoyer le ministre de la défense et la ministre de la population.

On comprend mieux le « coup de gueule » du député élu à Ikongo Brunelle RAZAFINDRATSIAOFA qui n’a sans doute pas avalé ce qu’il pense être un mépris de la population Tanala qui l’a élu. Comment leur expliquer que Rajoelina ne soit pas venu alors qu’il y a les hélicoptères de l’armée ? Comment expliquer que leur leader bienaimé ne soit pas venu montrer son empathie vis-à-vis de la population de deux districts sur trois de la région Fitovinany ? Comment leur expliquer le début des travaux du téléphérique d’Antananarivo, un projet de 152 millions d’euros qui ne figurait même pas dans cette loi des finances rectificative de 2020 ? Alors que les travaux de réhabilitation de la RN14 y figuraient et ne sont toujours pas terminés, isolant Ikongo et Vohipeno de Manakara chef lieu de la région Vatovavy ? On comprend que cet élu ait osé dire que les connectivités inter-districts devrait passer avant le téléphérique. Mais le régime fait la sourde oreille et pour toute réponse, deux députés IRD l’ont menacé de représailles

Quant à Nosy Varika, point d’entrée de Batsirai, le filoha mamim-bahoaka ne s’y est pas non plus rendu et s’est contenté d’assister au départ des bateaux transportant du vatsy tsinjo en leur adressant ses salutations les plus chaleureuses (une première dans l’histoire de Madagascar !).

Projets présidentiels manara-penitra

« La route du soleil » longue de plus de 760 km reliant Maroantsetra à Mananjary a été promise lors du discours présidentiel à la Nation du 31 décembre 2021. Mais comme les autres promesses de ce leader bienaimé, l’expérience montre qu’elle ne sera sans doute réalisée que lorsque les poules auront des dents ! Ce président a malheureusement pris l’habitude d’annoncer des projets non financés, ce qui a largement entamé la crédibilité de sa parole.

Le CPIA (Country Policy and Institutional Assessment ou Evaluation des Politiques et des Institutions en Afrique) sorti par la Banque Mondiale en novembre 2021 donne à Madagascar la note de 2,5 sur une échelle de 6, pour la qualité de la gestion budgétaire et financière. Même note de 2,5 pour la transparence, la redevabilité et corruption dans le secteur public.

Ceci ne surprend guère puisque tout est centralisé aux mains du président et tout devient projet présidentiel manara-penitra jusqu’au WC d’une institution religieuse. Chaque fois qu’il passe quelque part, il faut qu’il promette un EPP, un CEG, un marché, un stade, une piscine, ou un pont manara-penitra. Ce qui oblige souvent à une gymnastique de virement de crédit d’un poste à un autre.

Rappelez-vous par exemple la dernière passation au ministère des Travaux Publics pendant laquelle le ministre sortant Hajo Andrianainarivelo a avoué son impuissance et souhaitait bonne chance à son successeur de pouvoir débloquer les sommes dûes aux petites entreprise de TP au titre du FER. Et beaucoup de ces petites entreprises ne sont toujours pas payées depuis plus de deux ans.

Les ministres n’ont en fait que très peu de marge de manœuvre, car c’est le président qui décide de tout et signe en dernier ressort. Tel est le mode de gouvernance de ce leader bienaimé!

Cela ne revient-il pas finalement à dire que lorsqu’il dit évaluer un ministre, il s’auto-évalue lui-même  et Madagascar lui doit sa note de 2,5/6, inférieure à la moyenne!

La Gazette

Lire aussi