La Gazette de la grande ile

Remaniement : Tribalisme rétrograde

Publié le 14 mars 2022

A chaque veille de remaniement ministériel ou gouvernemental, la classe politique malgache tombe dans les mêmes travers. En effet, les ministres qui craignent de ne pas être reconduits dressent la liste de leurs réalisations. Celles-ci sont rappelées et glorifiées par des comités sortis de nulle part, dont les messages de soutien sont diffusés dans la presse traditionnelle et amplifiés sur les réseaux sociaux. Il s’agit pour ces cellules ad hoc de mobiliser l’opinion publique afin de persuader le Chef de l’Etat que le ministre concerné possède les qualités requises pour conserver son poste. Tout le monde a intériorisé ce petit jeu. Ce qui est amusant, c’est que ces lobbyistes du dimanche se donnent une importance qu’ils n’ont pas. Ils sont complètement ridicules lorsqu’ils dressent de manière solennelle le profil du ministre de leur choix, comme s’ils avaient voix au chapitre. Pour que leur favori conserve son poste ministériel, les groupes de pression et d’influence avancent des arguments irrationnels ou fallacieux, notamment celui du tribalisme. N’ayant que peu de temps pour convaincre avec leurs champs sémantiques limités, les fanatiques privilégient l’origine ethnique plutôt que les compétences techniques. Ils menacent d’organiser des troubles à l’ordre public s’ils n’obtiennent pas satisfaction. Ce tribalisme rétrograde dessert le développement du pays.

Tiana Raberanto

Lire aussi